Études de lexicologie arabe


Une étude de l’étymon {q,n}

 

 

Les deux phonèmes q et n se retrouvent conjoints dans une centaine de racines arabes. Pour l’organisation sémantique de cet important corpus, nous disposions heureusement de travaux déjà réalisés par nous-même ou par d’autres chercheurs. Les voici, dans l’ordre de leur utilisation dans la présente étude :

1. Bohas, Georges et Bachmar, Karim (2013), Les étymons en arabe. Analyse formelle et sémantique. Recherches, n° 23, Beyrouth, Dar El-Machreq. (p. 129)

2. Bohas, Georges et Saguer, Abderrahim (2012), Le son et le sens, Fragment d’un dictionnaire étymologique de l’arabe classique, Damas, Presses de l’IFPO. (Matrice de la traction, pages 81-132)

3. Rolland, Jean-Claude (2019-2020), « La gorge et le cou », suivi de « Pour une matrice de la gorge et du cou », dans Le blog de Jean-Claude Rolland. (En ligne).

4. Rolland, Jean-Claude (2019), « Serrage et resserrement, une importante charge sémantique de l'étymon {r,ṣ} », dans Le blog de Jean-Claude Rolland. (En ligne).

5. Masson, Michel, Étude d’un parallélisme sémantique : « tresser » / « être fort », in Semitica XL, p. 89-105, Paris, Maisonneuve, 1991a.

À la lumière de ces études – et de quelques autres que nous citerons en allant – nous verrons comment il est possible de répartir les racines non ambigües entre deux matrices phonétiques et quelles racines ambigües rapprocher de l’un ou de l’autre des groupes obtenus. 

NB : Nous avions originellement pensé terminer cette étude par une sixième partie consacrée au cas particulier des racines quadriconsonantiques à initiale qn-. Au vu de l’ampleur prise par cette partie, nous en avons fait une étude à part entière qu’on trouvera sous la rubrique « Divers », intitulée Racines du type qnCC.

 

1. Une première piste

La seule charge sémantique relevée par Bohas et Bachmar (p. 129) pour cet étymon est celle de la pureté durable. Les deux verbes cités en appui sont

قني qaniya conserver toujours intact (honneur, chasteté, pudeur)

نقي naqiya être en état de pureté, n’être souillé de quoi que ce soit

C’est un relevé bien sommaire et un peu trop rapide. Un examen plus poussé des seules racines non ambigües permet d’en percevoir quelques autres :

La minutie, le soin, l’attention

قنّ qanna chercher attentivement avec les yeux ; entrer dans les détails d’une nouvelle, l’éplucher

قنقن qinqin guide habile (à trouver une aiguade)(1)

قين √qyn – قان qāna créer, arranger – II. orner, embellir, arranger – مقيّنة muqayyina servante qui fait la toilette de la mariée

نوق √nwq, نيق √nyq – V. être très attentif, prendre grand soin de qqch ; être recherché dans sa mise et difficile dans le choix des mets – نيقة nīqa soin, zèle, élégance – نوقة nūqa habileté, adresse dans le maniement des affaires

Le cri, la parole

قون √qwn – V. combler qqn d’éloges magnifiques ; vexer, tourmenter qqn par des paroles

نقّ naqqa coasser ; miauler, crier ; glousser

نقنق naqnaqa coasser sans cesse ; glousser

نقيّة naqiyya parole, mot

La voie (cf. le double sens de l’anglais way)

قنن qanan manière, façon – قانون qānūn règle, loi, usage, coûtume

منقيّ manqiyy chemin, route

Le sommet, l’élévation

قنًا qanan élévation, cambrure, saillie au milieu (du nez, du bec)

قنّ qunn petite montagne – قنّة qunna cime, crête, faîte, sommet

نقًا naqan terrain sablonneux, accidenté par de petits monticules de sable

نيق nīq sommet d’une montagne

وقن √wqn – V. gravir une montagne

Objets ou lieux creux ou creusés en longueur

قناة qanā roseau ; canal d’irrigation souterrain

قنّ qunn manche de chemise

ناق nāq raie dans la paume de main ; creux au milieu du coude – ناوق nāwaq bateau, nacelle ; tout objet creusé comme une nacelle

 

Notes

1. Le même mot a également le sens de “mulot” et il désigne aussi une “sorte de coquillage marin”. Il s’agit probablement d’homonymes. Nous avons renoncé à percer le mystère de leur origine.

 

2. Une deuxième piste : la matrice phonétique de la traction

 

Certaines des notions que nous venons de présenter trouvent leur place dans l’organisation sémantique de la matrice nº 10 {[nasal],[dorsal]} « la traction », traitée par Bohas et Saguer dans Le son et le sens, pp. 81-132. Nous en reprenons les rubriques en y plaçant les racines de notre corpus. Nous n’avons pas hésité à créer de nouvelles rubriques qui nous semblaient aller de soi, comme “A.4.1. Sens figuré : saisir le sens de qqch, comprendre”, ou encore “B.2.1. Le fond de soi, la nature, le caractère”, mais surtout “A.11. Mouvement vers le haut” : nous avons en effet vu ailleurs (2) qu’une telle extension était pertinente pour expliquer certaines acceptions de la racine نزل √nzl ; sa validité reste à confirmer en ce qui concerne les autres étymons de la matrice, mais on va voir ici que cette extension nous permet de situer logiquement un nombre important des items de notre corpus.

Voici le résultat obtenu :

 

A.4. Conséquences immédiates de la traction : extraire, arracher, enlever, saisir...

نقي √nqy – نقا naqā tirer, extraire la moelle d’un os (Racine non ambigüe)

نوق √nwq, نيق √nyq – ناق nāqa ôter la graisse et la laver (Racine non ambigüe)

قنو √qnw/y – قنا qanā, قنى qanā, قني qaniya acquérir, s’approprier (Racine non ambigüe)

نقذ naqaḏa arracher

A.4.1. Sens figuré : saisir le sens de qqch, comprendre

لقن laqina comprendre tout promptement

نقه naqaha, naqiha comprendre un discours, en saisir bien le sens

 

A.10. Mettre en file, en série, en chaîne > arranger

قين √qyn – قان qāna créer, arranger – مقيّنة muqayyina servante qui fait la toilette de la mariée (Racine non ambigüe)

A.10.1. Chemin > suivre un chemin

قنن qanan manière, façon (Racine non ambigüe)

منقيّ manqiyy chemin, route (Racine non ambigüe)

قمن qamn manière, façon – قمن qaman propre, apte à

قند √qnd – قنديد qindīd manière, façon

A.10.2. Extension : habitude, coutume

قنّ √qnn – قانون qānūn(3) règle, loi, usage, coûtume (Racine non ambigüe)

 

Notes

2. Voir « Les racines نزل √nzl » dans www.jclrolland.fr, rubrique De la forme aux sens.

3. Ce mot n’est donc pas, comme cela est trop souvent écrit, un emprunt au grec κανών [kanôn], “baguette droite, règle”, dont le DELG dit d’ailleurs qu’il est « issu de κάννα [kánna], “roseau”, vieux mot sumérien venu au grec par une langue sémitique. »

A.11. Mouvement vers le haut

A.11.1. Monter, faire monter

Grandir, croître (plantes)

حنق √ḥnq – II. sortir, se montrer, se dresser (épi)

Se dresser, se mettre debout

قنّ √qnn – VIII. se dresser sur le sommet d’une chose – XI. se mettre debout (Racine non ambigüe)

قبن √qbn – XI. se dresser et se tenir debout

قتن √qtn – XI. se dresser, être roide

Monter, gravir une montagne

وقن √wqn – V. gravir une montagne (Racine non ambigüe)

قنع qana‛a gravir une montagne

S’élever, être au haut du ciel

قرن √qrn – IV. s’élever, être au haut du ciel (Pléiades)

Hisser qqch sur ses épaules ou sur sa tête et le porter ; soulever qqch

قنّ √qnn – X. se charger de qqch sur les épaules (Racine non ambigüe)

زقن zaqana soulever et mettre sur son dos une charge et la porter

قنثل qanṯala soulever beaucoup de poussière sous ses pieds en marchant

نقل naqala transporter d’un endroit à un autre

A.11.2. Être haut, en saillie

Les saillies du corps

قنًا qanan élévation, cambrure, saillie au milieu (du nez, du bec) (Racine non ambigüe)

قرن qarn corne ; bout, coin, pointe – قرنة qurna bout, angle saillant

قنخر √qnḫr – قنّخر qinnaḫr qui a les narines et la bouche large, une grosse voix et la tête dure

قنس qins, قونس qawnas sommet de la tête

قنع √qn‛ – II. hérisser, dresser les plumes du cou (coq) – IV. lever, dresser la tête – قنعة qana‛a sommet (de la bosse d’un chameau)

Les saillies de la terre : sommet, colline, montagne

قنّ qunn petite montagne – قنّة qunna cime, crête, faîte, sommet (Racine non ambigüe)

نقًا naqan terrain sablonneux, accidenté par de petits monticules de sable (Racine non ambigüe)

نيق nīq sommet d’une montagne (Racine non ambigüe)

عنق √‛nq – عنقاء ‛anqā’ colline au sommet d’une haute montagne – معنقة mi‛naqa colline qui précède une plaine sablonneuse – معنّقات mu‛anniqāt montagnes qui s’étendent loin et forment des gorges

قرن qarn sommet d’une montagne, pic isolé

قنخر √qnḫr – قنّخر qinnaḫr grosse pierre qu’on arrache du sommet d’une montagne – قناخر qunāḫir grand, haut – قنخيرة qinḫīra, قنخورة qunḫūra grosse pierre

قنس √qns – قونس qawnas pic, sommet conique d’une montagne

قنع qana‛ colline sablonneuse – قنعة qana‛a sommet (d’une montagne)

نقل naqil rocailleux (terrain)

Les saillies de la société des hommes : seigneur, roi, chef, indépendance

قرن qarn chef d’une tribu

قنوع qunū‛ indépendance(4)

نقب naqaba être chef d’une tribu – نقيب naqīb chef, gouverneur

 

Notes

4. Caractéristique du chef. Voir استقلال istiqlāl dans notre étude De quelques termes du vocabulaire politique de l’arabe moderne.

 

B. Conséquences de A

 

B.1. Fuir, s’enfuir, échapper à, sortir (cf. français familier se tirer, s’en tirer)

نقنق niqniq qui se sauve et fuit avec rapidité (Racine non ambigüe)

قنطث qanṭaṯa courir pour se sauver (par peur)

نزق nazaqa sauter (cheval)

نفق nafaqa sortir de son trou

نقز naqaza bondir, faire des bonds en courant (gazelle)

نقل naqala passer rapidement d’un endroit à un autre

نقه naqaha, naqiha être rétabli d’une maladie

 

B.2. Sélectionner > trier, filtrer, nettoyer > obtenir un objet pur

نقي naqiya être de bonne qualité, avoir été choisi au triage ; être en état de pureté, n’être souillé de quoi que ce soit – IV. nettoyer, monder, trier – VIII. être exempt de (Racine non ambigüe)

فنيق fanīq étalon excellent

قنب qanaba tailler, émonder une vigne

نقد naqada trier et séparer le bon du mauvais

نقر naqara choisir

نقش √nqš – VIII. trier et choisir

نقص naquṣa être doux (eau)

نقف naqafa filtrer (le vin)

B.2.1. Le fond de soi, la nature, le caractère (cf. fr. un trait de caractère)

تقن tiqn nature, disposition innée

نقيمة naqīma caractère naturel, nature

 

B.4. Étendre un liquide, délayer un liquide

نقف naqafa mêler d’eau

 

B.5. Allonger une durée, être long > durée, continuité, fidélité > fréquence (= ce qui se répète dans la durée)

قني qaniya conserver toujours intact (honneur, chasteté, pudeur) (Racine non ambigüe)

قبّان qabbān, قفّان qaffān fidèle à qqn et digne de sa confiance

قرن qarn siècle

نقع naqa‛a être fréquent

 

B.6. Se faire suivre, soumettre(5)

قنّ qinn esclave, serf (Racine non ambigüe)

قينة qayna fille esclave (qui connaît le chant et la musique) (Racine non ambigüe)

نوق nwq, نيق nyq – II. dompter un chameau (Racine non ambigüe)

قندس qandasa devenir sage et rentrer dans l’ordre et l’obéissance après avoir été rebelle ; venir à résipiscence ; aller toujours tout droit, poursuivre tout droit son chemin à travers le pays

قنّور qinnawr esclave

Citons Bohas : “L’origine de cette chaîne est sans doute le sens de tirer derrière soi ou tirer, par exemple, par le nez, pour soumettre, humilier. De là les sens de serviteur, vil, méprisable.” Le premier item de sa liste est تيم taym “esclave”.

 

C. Inversion du mouvement : lancer, tirer (une flèche, etc.)

Extension : activité sexuelle, copulation (cf. fr. vulg. tirer un coup)

قنطر qanṭara forcer une fille

نزق nazaqa, naziqa saillir une jument

نقش naqaša cohabiter avec une fille

نقع naqa‛a – IV. déflorer une fille

Organes sexuels :

قنب qunb clitoris

قند qnd – قندان qundān testicules

قنفر qanfar verge, pénis

قنط qanṭ verge (d’un petit garçon)

لواقن lawāqin (plur.) bas ventre

 

Notes

5. Cette rubrique a été ajoutée dans un document qui nous a été communiqué par Georges Bohas et qui est intitulé « TME : les 12 premières matrices (08/05/2014) »

3. Une troisième piste : la matrice phonétique de la gorge et du cou

 

D’autres notions répertoriées en 1 trouvent quant à elles leur place dans l’organisation sémantique d’une treizième matrice proposée par nous-même, intitulée « La gorge et le cou » et dont les traits phonétiques sont {[sonant],[dorsal]}.

NB : L’étymon {q,n} est sémantiquement ambigu du fait que le phonème n peut avoir, entre autres, les traits sonant et nasal, alors que le q est uniquement dorsal. Autrement dit, certaines de nos racines non ambigües – voire certains sens d’une même racine – pourront relever de l’une ou de l’autre des deux matrices 10 et 13.

 

A. Les désignations de la gorge et du cou

Nous n’avons aucune racine non ambigüe à placer sous cette rubrique, aucune désignation directe de la gorge, du cou ou de parties du corps voisines comme le menton ou la nuque. En revanche, comme pour compenser cette regrettable lacune, nous avons quelques racines ambigües, riches et très usuelles, qui ne peuvent guère être construites sur un autre étymon que l’étymon {q,n}. Jugeons-en, sans autre commentaire :

A.1. La gorge, le gosier

خنق √ḫnq > خناق ḫināq gorge, gosier ; corde avec laquelle on étrangle – خنق ḫanaqa étrangler ; arroser d’huile – II. étrangler, étouffer ; remplir un vase, envahir et occuper presque tout entier – خنق ḫunuq vagin très étroit (femme) – خانق ḫāniq gorge, défilé, chemin étroit entre les montagnes ; rue étroite – مخنقة miḫnaqa collier (pour orner ou attacher) – مخنّق muḫannaq mince du milieu du corps (jeune homme)

نقر √nqr > نقرة nuqra orifice du gosier ; petit creux arrondi dans la terre ; creux au bas de l’occiput ; cavité de l’œil, orbite de l’œil ; orifice de l’anus ; creux servant de nid à l’oiseau, nid d’oiseau – نقر naqara frapper qqn ; serrer la langue contre le palais et faire claquer la langue ; creuser une pierre ou le bois ; casser l’œuf à coups de bec ; déchirer qqn par des propos – II. examiner, scruter – III. se disputer avec qqn – نقر naqr creux, cavité – نقرة naqira terrain déprimé, encaissé – نقير naqīr creusé et profond ; canal ; race, origine ; canot ; cor, trompette – منقر minqar puits étroit et pourvu de beaucoup d’eau ; réservoir d’eau – ناقور nāqūr cor, trompette, clairon

A.2. Le cou, le menton

عنق √‛nq > عنق ‛unq, ‛unuq, ‛unaq cou ; une petite quantité de qqch – عنق ‛aniqa avoir un long cou – III. saisir quelqu’un par le cou, au cou – IV. avoir la tige déjà longue et être en épis (céréale) ; allonger le cou pour mieux voir – عانقاء ‛āniqā’ trou d’un rat des champs – عنقاء ‛anqā’ colline au sommet d’une haute montagne – معنقة mi‛naqa collier ; colline qui précède une plaine sablonneuse – معنّقات mu‛anniqāt montagnes qui s’étendent loin et forment des gorges

... ainsi que ces quelques autres, toujours usuelles :

بنقة banqa col, ouverture de la chemise à la poitrine

ذقن ḏaqan, ḏiqan menton, barbe

زنق zanaq dessous du menton du cheval – زناق zināq, zunāq collier, jugulaire, collet – زنقة zanqa rue étroite

A.3. Des animaux au long cou

On a vu dans diverses études que les animaux sont très souvent désignés par une de leurs caractéritiques principales : la chèvre est la bondissante, l’araignée la tisseuse, etc. En vertu de quoi, il n’est pas illégitime de se demander si ce n’est pas le cas de ces deux animaux au long cou que sont

ناقة nāqa chamelle (Racine non ambigüe)

نقنق niqniq autruche (Racine non ambigüe)

 

B. La fonction ingestive de la gorge

B.l. Parties du corps concernées : estomac, ventre, etc.

حاقنة ḥāqina estomac, cavité du ventre, œsophage

قانصة qāniṣa estomac chez les oiseaux

نقاب niqāb ventre

B.1.1. Une métaphore de l’estomac ou du ventre : le sac

فنيقة fanīqa grand sac dans lequel on porte la terre

B.2. L’ingestion des solides, manger

شنق √šnq – II. dépecer, couper la viande en morceaux

قتن qatuna manger fort peu, se nourrir mal

قنت qanuta manger peu

قنع √qn‛ – IV. conduire les bestiaux aux pâturages

نقح naqaḥa aspirer la moelle des os

نقم naqama manger vite et avaler avec rapidité

B.3. L’ingestion des liquides, boire

نقع naqa‛a étancher sa soif

B.3.1. Récipients et conduits de liquides

قناة qanā canal d’irrigation souterrain (Racine non ambigüe)

قنّينة qinnīna bouteille (Racine non ambigüe)

قرن √qrn – قرّان qarrān flacon

قنع qin‛ tuyau

نقر √nqr – نقير naqīr canal

B.3.2. Reste de liquide au fond d’un vase, eau stagnante dans un creux

تقن tiqn limon au fond d’un puits, d’un ruisseau, etc.

رنق ranaqa être trouble (eau, vin)

نقع naqa‛a macérer, mariner, stagner – نقعاء naq‛ā’ plaine, champ, terrain plat (= lieu où les eaux stagnent ?)

B.4. Abondance (de liquide, d’animaux, de gens, etc.)

قرن qarn troupe d’hommes, bande

قنيب qanīb cohorte, escadron

قنيف qanīf cohorte, détachement de cavaliers

نقيل naqīl torrent qui vient d’un lieu où il est tombé beaucoup d’eau

B.5. Conséquences de l’ingestion

B.5.1. Positives : la satisfaction, le contentement, l’aisance, la mollesse de la vie

قنى qanā rendre content, satisfait – قني qaniya être satisfait, se contenter (Racine non ambigüe)

نيّق nayyiq qui vit dans la mollesse (Racine non ambigüe)

خنق ḫanaqa arroser d’huile – II. remplir un vase, envahir et occuper presque tout entier

فَنَقَ fanaqa II. élever (un enfant) dans la mollesse, dans du coton

قنع qani‛a se contenter de qqch – قنوع qunū‛ contentement

B.5.2. Négatives : l’indigestion, la prise de poids

فنق funuq jeune et gras

قنبع qanba‛a – مقنبع muqanbi‛ gros, épais

قنبل qanbul homme au corps épais

قنس qanas vomissement

نَتَقَ nataqa devenir replet

C. La fonction vocale de la gorge

C.1. Cris d’animaux, cris pour appeler des animaux

نقّ naqqa coasser ; miauler, crier ; glousser (Racine non ambigüe)

نقنق naqnaqa coasser sans cesse ; glousser (Racine non ambigüe)

قنبيعة qinbī‛a grognement des cochons

نعق na‛aqa crier

نقض √nqḍ – II. crier (aigle) ; appeler des chèvres

نقع naqa‛a pousser un cri, crier

نهق nahaqa, nahiqa braire

C.2. La voix humaine, la parole

نقيّة naqiyya parole, mot (Racine non ambigüe)

قون √qwn – V. combler qqn d’éloges magnifiques (Racine non ambigüe)

نتق nataqa parler

نطق naṭaqa parler

نقع naqa‛a s’élever et retentir (son, voix)

نقل naqala raconter – نقل naqal changement de personne qui parle

C.2.1. Les mauvais usages de la parole : injures, colère, etc.

قون √qwn – V. vexer, tourmenter qqn par des paroles (Racine non ambigüe)

بنق banaqa – II. forger un mensonge

حنق ḥaniqa être dans une colère violente contre qqn

دنقس danqasa semer la discorde

دنقش danqaša semer la discorde

فلقان fulqān mensonge palpable, impudent

قنبع qanba‛a s’enfler de colère

قنع qana‛a supplier, mendier

نزق nazaqa, naziqa se mettre facilement en colère

نقر naqara déchirer qqn par des propos – III. se disputer avec qqn

نقس naqasa injurier ; railler

نقش naqaša – III. se quereller avec qqn

نقص √nqṣ – V. déchirer qqn, parler mal de qqn

نقع naqa‛a éclater contre qqn en injures – نقّاع naqqā‛ vantard et charlatan

C.3. Bruits divers et instruments de musique ; agiter qqch (pour faire du bruit)

رنق √rnq – II. battre des ailes et les agiter sans voler

نتق nataqa agiter, secouer

نقر naqara serrer la langue contre le palais et faire claquer la langue – ناقور nāqūr cor, trompette, clairon – نقير naqīr cor, trompette

نقس naqasa frapper un morceau de bois avec un autre pour produire un bruit – ناقوس nāqūs crécelle ; cloche ; clochette

نقض naqaḍa craquer, produire un craquement – II. claquer avec la langue ou les doigts

نقلة naqala bruit du torrent qui descend une pente

 

D. La fonction giratoire du cou

D.1. Faire pivoter le cou : tourner le cou, la tête, le visage à droite ou à gauche ; pencher ou lever le cou, la tête ; allonger le cou

قنح qanaḥa relever la tête après avoir bu

قنع √qn‛ – IV. tendre le cou, la tête vers l’eau (pour boire) ; incliner, pencher

D.1.1. Extensions : courber, voûter ; plier

قطن qaṭina être courbé, voûté

قنح qanaḥa plier, courber, cambrer

قنطر qanṭara cambrer, donner la forme d’un arc, d’une arcade, d’une voûte

قنع qana‛a plier la peau de l’outre à l’orifice

D.1.1.1. Objets ronds, arrondis, en voûte

قنطرة qanṭara pont

قنع qin‛, قنعة qun‛a rond, disque ou plateau fait de rameaux de palmier

D.1.2. Extensions : s’écarter, être à côté, en face > proximité, voisinage, rencontre

نقي naqiya rencontrer qqn(6) (Racine non ambigüe)

قرن qarana être proche et rejoindre un autre – IV. s’écarter de la route – قرين qarīn époux, consort

قمن qamn proche

نزق nazaq proche (lieu)

نقض √nqḍ – نقيض naqīḍ contraire, opposé

D.1.3. Extensions : tomber > être fatigué, avoir sommeil, se coucher, dormir, mourir

دنق danaqa – II. être près du coucher (soleil)

رنق ranaqa – II. être affaibli, abattu ; troubler, obscurcir les yeux (sommeil)

قنئ qani’a mourir

قنب qanaba se coucher (soleil)

نفق nafaqa périr, crever

نقاخ nuqāẖ sommeil très agréable dans un lieu commode et sûr

D.2. Tourner la tête ou les yeux pour voir et regarder : le soin, l’attention

قنّ qanna chercher attentivement avec les yeux ; entrer dans les détails d’une nouvelle, l’éplucher (Racine non ambigüe)

قين √qyn – قان qāna créer, arranger – II. orner, embellir, arranger – مقيّنة muqayyina servante qui fait la toilette de la mariée (Racine non ambigüe)

نوق √nwq, نيق √nyq – V. être très attentif, prendre grand soin de qqch ; être recherché dans sa mise et difficile dans le choix des mets – نيقة nīqa soin, zèle, élégance (Racine non ambigüe)

أنق ’aniqa admirer

دنق √dnq – II. plonger ses regards dans qqch, regarder longtemps et avec attention

رنق √rnq – II. diriger ses regards sur qqn

قنص √qnṣ – VIII. scruter, chercher à découvrir qqch نقد naqada jeter un regard furtif sur une chose

نقر √nqr – II. examiner, scruter

 

Notes

6. Kazimirski renvoie à لقي lqy, laissant entendre qu’il s’agit d’une variante. On voit ici que les deux racines sont synonymes car elles relèvent de la même matrice.

E. La fonction vitale de la gorge

E.1. Étrangler, étouffer

خنق ḫanaqa étrangler – II. étrangler, étouffer

شنق šanaqa étrangler un homme ; pendre au gibet

E.2. Égorger, blesser au cou, à la gorge, couper la tête, tuer

قفن qafana égorger une brebis par la nuque – II. trancher, couper (la tête)

قنأ qana’a tuer qqn

قنر √qnr – قنّارة qinnāra boucherie, abattoir (?)

قنص qanaṣa tuer, prendre qqch à la chasse

نقز √nqz – IV. tuer qqn sur le coup

نقع naqa‛a égorger un chameau pour ses hôtes ; tuer qqn

E.3. Frapper au cou, à la gorge, à la nuque, au menton

دقن daqana frapper qqn sur le menton

ذقن ḏaqana frapper qqn sur le menton

عنق √‛nq – III. saisir quelqu’un par le cou, au cou

قفن qafana frapper avec un bâton ou un fouet sur la nuque

E.3.1. Généralisation : frapper, fouetter, casser, etc.

قنّ qanna frapper qqn avec un bâton (Racine non ambigüe)

بنق √bnq – II. fouetter le dos

قزن √qzn – IV. casser (la jambe) à qqn

قنف √qnf – II. couper en morceaux avec un sabre

نقخ naqaḫa frapper, trouer

نقر naqara casser l’œuf à coups de bec ; frapper qqn

نقض naqaḍa détraquer, disjoindre ; abîmer le dos d’un chameau

نقع naqa‛a déchirer – IV. donner une chiquenaude à qqn ; mettre une maison sens dessus dessous et y changer tout

نقف naqafa casser une chose au point que l’on en voit l’intérieur

نقل √nql – II. briser, fracasser – نقل naqal décombres d’une maison en démolition

نمق namaqa frapper avec le plat de la main

F. Les métaphores de la gorge et du cou d’après leur forme

F.1. D’après le long cou de certains animaux

قناة qanā roseau ; bois de lance ; canne, bâton ; épine dorsale (Racine non ambigüe)

قنّ qunn manche de chemise (Racine non ambigüe)

شنق šaniq long

عنق √‛nq – IV. avoir la tige déjà longue et être en épis (céréale)

قنبع qunbu‛ enveloppe de feuille qui entoure l’épi des céréales – قنبعة qunbu‛a sorte de vêtement qu’on met aux enfants

قنب qunb fourreau du pénis (chez les animaux à sabots)

قنّور qinnawr grand, long

F.2. D’après l’étroitesse de la gorge > voie étroite, fente creusée, petitesse, minceur, maigreur, avarice, etc.

نوق √nwq – ناوق nāwaq bateau, nacelle ; tout objet creusé comme une nacelle (Racine non ambigüe)

حنق √ḥnq – IV. être très maigre – خانق ḫāniq gorge, défilé, chemin étroit entre les montagnes ; rue étroite – خنق ḫunuq vagin très étroit (femme) – مخنّق muḫannaq mince du milieu du corps (jeune homme)

دنق danaqa maigir de chagrin ou par suite d’une maladie – دانق dāniq maigre et de chétive apparence – دنيق danīq chiche, grigou

دنقريّ danqariyy petit, chétif

زنقة zanqa rue étroite

شقن šaqana faire ou donner peu – شقن šaquna être exigu, minime, insignifiant

عنق ‛unq, ‛unuq, ‛unaq une petite quantité de qqch

قسن √qsn – XI. vieillir et avoir le corps amaigri et sec

قمن √qmn – مقمئنّ muqma’inn (XI.) contracté, ramassé replié sur soi-même

قنبعة qunbu‛a homme de petite taille

قنفش qanfaša être contracté, ridé et raccourci

نقب naqb chemin étroit dans les montagnes

نقد naqid à qui la nourriture ne profite pas

نقر √nqr – نقير naqīr canot

نقص naqaṣa s’amenuiser, diminuer – نقص naqṣ diminution ; défaut ; manque

نقض √nqḍ – نقيضة naqīḍa défilé, chemin à travers une montagne

نقل √nql – منقل manqal et منقلة manqala chemin à travers les montagnes

F.3. D’après la profondeur de la gorge > trou, entrée, percer, creuser en profondeur, puits, etc.

عنق √‛nq – عانقاء ‛āniqā’ trou d’un rat des champs

قبن qabana s’en aller et s’enfoncer dans l’intérieur des terres

قرن qarn entrée d’une route, du désert

قنب qanaba entrer

نقب naqaba percer un mur

نقد naqada creuser à coups de bec – نقد naqid troué

نقر naqara creuser une pierre ou le bois – نقر naqr creux, cavité – نقرة naqira terrain déprimé, encaissé – نقرة nuqra petit creux arrondi dans la terre – نقير naqīr creusé et profond – منقر minqar puits étroit et pourvu de beaucoup d’eau ; réservoir d’eau

نقز nuqz puits

نقع √nq‛ – أنقوعة ’unqū‛a creux où les eaux affluent

F.3.1. Extension : graver, écrire, peindre, broder

نبق nabaqa écrire

نقش naqaša barioler ; peindre ; sculpter ; broder

نمق namaqa écrire

F.3.2. Extension : percer > briller, s’épanouir

قنب qanaba s’épanouir (fleur)

F.4. D’après l’obscurité de la gorge > se cacher, se réfugier, se mettre à l’abri, nid ; protection, soutien ; voile de femme

وقنة wuqna nid (Racine non ambigüe)

قناع qinā‛ voile de la tête, voile

قنبع qanba‛a rester chez soi, se claquemurer

لقن liqn soutien, appui, protection dont on jouit

نقاب niqāb voile de femme

نقرة nuqra creux servant de nid à l’oiseau, nid d’oiseau

F.5. Dans le corps humain lui-même, les autres fentes et trous que la gorge

نقنق naqnaqa être enfoncé dans son orbite (œil) (Racine non ambigüe)

نوق √nwq – ناق nāq raie dans la paume de main ; creux au milieu du coude (Racine non ambigüe)

دنق danaqa être enfoncé dans son orbite (œil)

صنقة ṣanaqa parties naturelles de la femme

قرنة qurna fond de l’utérus ; orifice de l’utérus

قنفور qunfūr orifice de l’anus

قنقعة qunqu‛a anus

نقرة nuqra cavité de l’œil, orbite de l’œil ; creux au bas de l’occiput ; orifice de l’anus

4. Une quatrième piste : le réseau du lien et du resserrement

 

Dans l’article cité en introduction, Michel Masson relève dans le lexique sémitique, et principalement dans celui de la langue arabe, les racines illustrant le parallélisme sémantique qu’il a observé entre l’action de tresser (terme central) et l’état d’être fort (terme afférent). S’appuyant lui-même sur le travail de J.L. Palache(7) qui avait noté pour l’hébreu le lien notionnel entre « nouer, tresser, corde » et « force », l’auteur élargit le champ à tout un réseau qui va de diverses sortes d’intensité à d’autres métaphores comme la contrainte, l’angoisse, l’avarice, etc. On trouvera ci-après celles de nos données qui correspondent aux rubriques du réseau constitué par M. Masson.

NB : Nous trichons un peu car, contrairement à M. Masson, nous ne présentons pas toutes nos données afférentes en parallèle avec un terme central. Pour nous, la réalité du réseau repose davantage sur la présence de l’étymon {q,n} dans toutes les données, qu’elles soient centrales ou afférentes.

 

Termes centraux : corde, lier, coudre, joindre, ...

قرن qaran corde – قرن qarina avoir les deux sourcils joints – مقرن miqran joug

قناب qināb corde de l’arc

زنق zanaqa attacher, lier (Racine relevée par Masson)

بنق banaqa – II. coordonner son discours

نسق nasaqa disposer en ordre et l’un à côté de l’autre

نقل √nql – II. racommoder, rapiécer (vêtement, chaussure)

À ces termes centraux de base, on peut ajouter les notions affines de rencontre et de proximité :

نقي naqiya rencontrer qqn

قرن qarana être proche et rejoindre un autre – قرين qarīn époux, consort

قمن qamn proche

نزق nazaq proche (lieu)

 

Termes afférents :

1. être fort, solide, robuste

زنق zanaqa attacher, lier // زنيق zanīq ferme, solide

صنق ṣnq – صانق ṣāniq robuste

قنعسة qan‛asa force d’un cou gros et court – قنعاس qin‛ās grand ; fort, puissant ; jeune chameau robuste

 

Notes

7. Semantic Notes on the Hebrew Lexicon, Leyde, 1959

2. Élargissement du champ

2.a. intensité avec connotation positive : diligence, rapidité, assiduité

قبن √qbn – IV. se mettre à courir vite – قبنة qubna soin empressé qu’on prend de ses affaires

قسن √qsn – XI. avancer rapidement dans un travail

قفن √qfn – قفّان qaffān zèle

قمن qamin rapide, véloce

قنبل qanbul jeune homme vif, ardent, impétueux

نزق nazaq proche // نزق nazaqa, naziqa dépasser les autres chevaux à la course

نقث naqaṯa se dépêcher, faire vite

نقل √nql – II. racommoder, rapiécer // نقل naqil prompt à la répartie

2.b. intensité de la sensation (mauvaise odeur)

قنم qanima sentir mauvais

نمقة namaqa mauvaise odeur(8)

2.c. intensité du sentiment, avec connotation négative : méchant, violent

حنق ḥaniqa être dans une colère violente contre qqn

نزق nazaq proche // نزق nazaqa, naziqa se mettre facilement en colère

نقم naqama accuser, inculper qqn ; être mécontent de qqch – VIII. se venger

3. Autres métaphores

3.a. nécessité, contrainte > obligation > certitude ?

يقن yaqina apprendre ou savoir une chose avec certitude – يقين yaqīn certitude, connaissance certaine d’une chose (Racine non ambigüe)

نقع naqa‛a avoir pleine connaissance de qqch ; croire à qqch (une nouvelle)

3.b. angoisse, tristesse, malheur

قناذع qanāḏi‛ et قنازع qanāzi‛ malheurs

قنطر qanṭara cambrer // قنطر qinṭar malheur, calamité

نفق nafaq peur, frayeur

3.c. avarice

دنيق danīq chiche, grigou – دانق dāniq voleur

شقن šaqana faire ou donner peu

3.d. infirmité, vieillesse > marche lente ou lourde

حنق √ḥnq – IV. être très maigre 

خنق ḫunuq vagin très étroit (femme) – مخنّق muḫannaq mince du milieu du corps (jeune homme)

دنق danaqa maigir de chagrin ou par suite d’une maladie – دانق dāniq maigre et de chétive apparence ; sot, bête

دنقريّ danqariyy petit, chétif

رنقاء ranqā’ sol stérile, dépourvu de végétation

قسن √qsn – XI. vieillir et avoir le corps amaigri et sec

قمن qamn proche // مقمئنّ muqma’inn contracté, ramassé replié sur soi-même

قندفير qandafīr vieille femme

قندل qandal qui a une grosse tête ; long, dont le corps est très long (animal) – قندل qandala marcher d’un pas lent

قنر √qnrقنوّر qanawwar qui a une grosse tête ; indocile, difficile à mener, rétif –مقنّر muqannir, مقنور maqnūr gros, épais, mal tourné ; qui a le turban mal noué sur la tête

قنسر qansara courber, voûter (âge) ; vieillir qqn (malheurs, peines) – قنسر qansar vieux, cassé par l’âge ; antique – قناسر qunāsir dur (corps)

قنصل qunṣul court, petit

قنفر qanfar – قنافر qunāfir court, petit

قنفش qanfaša être contracté, ridé et raccourci

قنفل qanfala marcher d’un pas lourd

قنقع qunqu‛ petit, court

قنقل qanqal homme qui marche d’un pas lourd

نقد naqid à qui la nourriture ne profite pas

3.e. sagesse, intelligence, contrôle de soi

تقن tiqn intelligent et habile

قنقن qinqin guide habile (à trouver une aiguade)

نوقة nūqa habileté, adresse dans le maniement des affaires

3.f. remplir complètement > accomplir 

خنق ḫanaqa étrangler // خنق ḫanaqa arroser d’huile – II. remplir un vase, envahir et occuper presque tout entier

قنطر qanṭara مقنطر muqanṭar parfait, accompli

نزق nazaq proche // نزق nazaqa, naziqa se remplir, être rempli (vivier, vase)

3.g. faire halte, séjourner

قنّ √ qnn – X. faire halte avec ses troupeau pour en traire les femelles et boire le lait (Racine non ambigüe)

بنق √bnq – II. mettre qqch au cou en guise de collier // II. s’arrêter, faire halte

رنق √rnq – II. s’arrêter, faire halte dans un lieu

قطن qaṭina être courbé, voûté // قطن qaṭana habiter un lieu

قنطر qanṭara cambrer // قنطر qanṭara séjourner longtemps chez qqn ; se faire citadin, abandonner la vie nomade ou champêtre – قنطر qanṭar bourg, bourgade

3.j. ceinture, collier

زنق zanaqa attacher, lier // زناق zināq, zunāq collier, jugulaire, collet

نطاق niṭāq ceinture de femme

 

Notes

8. On trouvera ces deux mots sous les nº 130 et 153 dans l’inventaire situé à la fin de l’article de Bruno Paoli, Le lexique arabe des odeurs, Bulletin d’études orientales [En ligne], LXIV | 2016, mis en ligne le 01 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/beo/4686 ; DOI : https://doi.org/10.4000/beo.4686

 

On voit que nous avons renseigné la plupart des rubriques du réseau. Mais comment articuler ce réseau avec la Théorie des Étymons et Matrices ? Ce réseau a-t-il un rapport quelconque avec l’une ou l’autre des douze ou treize matrices phonétiques connues à ce jour ?

1. Il existe bien une matrice du resserrement, la matrice nº 3, mais ses traits phonétiques – {[labial],[pharyngal]} – ne correspondent pas à ceux de l’étymon {q,n}. Peut-être certaines racines ambigües dont la troisième consonne est une labiale pourraient-elles relever de cette matrice, notamment

بنق √bnq – II. mettre qqch au cou en guise de collier ; s’arrêter, faire halte ; coordonner son discours

قبن √qbn – IV. se mettre à courir vite – قبنة qubna soin empressé qu’on prend de ses affaires

قفن √qfn – قفّان qaffān zèle

قمن qamin rapide, véloce – قمن qamn proche – مقمئنّ muqma’inn contracté, ramassé replié sur soi-même

قناب qināb corde de l’arc

قنفش qanfaša être contracté, ridé et raccourci

نفق nafaq peur, frayeur

Mais l’organisation sémantique de cette matrice est encore dans un état trop sommaire pour savoir si ces données y trouveraient éventuellement leurs places.

2. Nous avons vu plus haut qu’une part importante de nos données relevaient de la matrice nº 10 de la traction. Certaines des rubriques du réseau de Masson pourraient-elles y trouver leur place ? Les deux organisations n’ont en commun que tresser, nouer : terme central chez Masson, rubrique A.9.2.3. chez Bohas, mais notre corpus ne comporte aucune donnée ayant l’un ou l’autre sens.

3. Nous avons vu enfin qu’une autre part importante de nos données relevaient de la matrice nº 13 de la gorge et du cou. Même question : quelles rubriques du réseau de Masson pourraient y trouver leur place ? Les rapports sont ici plus nombreux. On retrouve d’ailleurs les mêmes données ici et là, celles signifiant étrangler, collier, maigreur, avarice, être courbé, remplir, proche, etc. Au point qu’il nous semble légitime de considérer le réseau de Masson comme partie intégrante de la matrice 13, une matrice dont l’organisation sémantique est en constante évolution, même si les grandes parties en restent stables.

Pour tester la validité de cette hypothèse, il convenait de vérifier combien des racines arabes de Masson répondaient à la condition nécessaire et suffisante qui est d’avoir un des étymons répondant aux critères phonétiques requis, à savoir conjuguant les traits [sonant] et [dorsal].

Résultat : les 37 racines ci-dessous satisfont à cette condition. Trois d’entre elles figurent d’ailleurs dans le corpus de "La gorge et le cou", et quatre dans celui de notre étude sur l’étymon {r,ṣ}.

أطر √’ṭr – إطار ’iṭār ceinture

حصر ḥaṣara serrer, retenir (cf. L’étymon nº 193 {r,ṣ})

حصرم ḥaṣrama tordre (une corde) (cf. L’étymon nº 193 {r,ṣ})

حكم ḥakama museler

حلق ḥalaqa serrer une corde (cf. La gorge et le cou)

حنك √ḥnk – حناك ḥināk bride

دمج damaǧa tresser (corde)

دمك damaka tresser (corde)

ربط rabaṭa lier, attacher

ربك rabaka lier, serrer

ركو √rkw – ركا rakā lier, serrer fortement

زنق zanaqa attacher, lier (cf. la présente étude)

شجر šaǧara lier, serrer, attacher

شطن šaṭana tisser

شكل šakala lier, nouer

صبر ṣabara lier (cf. L’étymon nº 193 {r,ṣ})

صرّ ṣarra lier, nouer (cf. L’étymon nº 193 {r,ṣ})

ضمد ḍamada faire un bandage

طلو √ṭlw – طلا ṭalā attacher à un pieu (un petit de quadrupède)

عجل ’aǧala lier, attacher

عرك √’rk – عركة ’arka mailles

عقد ‛aqada lier

عقص ‛aqaṣa tresser en nattes

عقل ‛aqala lier (cf. La gorge et le cou)

عكف ‛akafa tresser, lier, entraver

عكّ ‛akka lier

عكل ‛akala entraver

عكو √‛kw – عكا ‛akā nouer

عنج √‛nǧ – عناج ‛ināǧ sorte de corde

عوك √‛wk – عاك ‛āqa lier

قلد qalada tresser (cf. La gorge et le cou)

قمطر qamṭara nouer (outre)

كبن kabana ourler, coudre

كرب karb corde

كضم √kḍm – كضام kiḍām corde

كمتر kamtara nouer (outre)

كور √kwr – كار kāra rouler en spirale

 

Il serait hors sujet de développer ici “une étude dans l’étude” pour compléter notre organisation sémantique de la matrice La gorge et le cou. Nous entrevoyons déjà qu’il nous faudra pour ce faire prendre en compte non seulement le réseau de Masson mais aussi le réseau élargi que nous avions nous-même ébauché à propos de l’étymon {r,ṣ}.

5. Le reliquat des racines triconsonantiques

 

5.1. Quelques racines à séquence initiale “nq-”

En consultant l’ouvrage de Saguer, A. R, Le phénomène de la préfixation dans les racines arabes(9), on comprend que le n initial d’un petit nombre des racines de notre corpus n’est pas toujours le premier composant de l’étymon {n,q} mais souvent un préfixe, ce qui nous a permis d’écarter quelques items de notre inventaire et de ne pas leur chercher en vain une place dans l’une ou l’autre des trois organisations sémantiques que nous avons vues au cours de cette étude. Cela dit, nous sommes parfois en désaccord avec Saguer car ce dernier tient rarement compte du fait que certaines racines peuvent résulter d’un croisement d’étymons synonymes :

نقد naqada (Saguer p. 286)

De cette racine, nous avons pu retenir نقد naqada jeter un regard furtif sur une chose ; trier et séparer le bon du mauvais ; creuser à coups de becنقد naqid troué ; à qui la nourriture ne profite pas, mais Saguer ne dit rien qui puisse nous éclairer sur l’origine de نقد naqd argent comptant ; bonne pièce de monnaie.

نقش naqaša (Saguer p. 289)

De cette racine, nous avons pu retenir نقش naqaša broder ; barioler ; peindre ; sculpter ; cohabiter avec une fille ; tirer une épine du pied ; arracher le poil, un poil ; examiner avec le plus grand soin et découvrir une chose – III. se quereller avec qqn – IV. manger beaucoup de dattes mûres – VIII. trier et choisir, mais Saguer ne dit rien qui puisse nous éclairer sur l’origine de نقش naqaša battre monnaie. Est-ce une dérivation technique de sculpter ?

نقط naqaṭa (Saguer p. 292)

Racine monosémique dont nous n’avons pas pu retenir le dérivé le plus usuel, à savoir نقطة nuqṭa point, tache, et pour cause : d’après Saguer, cette racine est construite sur l’étymon {q,ṭ}.

نقم naqama (Saguer p. 297)

De cette racine, nous avons pu retenir نقم naqama manger vite et avaler avec rapidité ; être mécontent de qqch ; accuser, inculper qqn – VIII. se venger نقيمة naqīma caractère naturel, nature, mais Saguer ne dit rien qui puisse nous éclairer sur l’origine de نقم naqam milieu de la route. Étymon {q,m}(10) ?

نمق namaqa (Saguer p. 318)

De cette racine, nous avons pu retenir نمق namaqa frapper avec le plat de la main ; écrire, mais Saguer ne dit rien qui puisse nous éclairer sur l’origine de نمق namaq milieu de la route ; peut-être est-ce une simple variante de نقم naqam ... dont – on vient de le voir – nous ne savons rien non plus ? Peut-être ces deux mots sont-ils finalement à rapprocher de ceux que l’on trouve sous la rubrique “A.10.1. Chemin > suivre un chemin” de la matrice de la traction ? 

 

5.2. La racine قنب qanaba

Cette racine est l’une des plus polysémiques de notre corpus. Nous avons pu placer la majorité de ses dérivés, à l’exception de قنب qunb grande voile d’un navire ; patte ou griffe du lion. Peut-être ces sens relèvent-ils de l’étymon {q,b}, lui-même très polysémique ?

(Avril 2020)

 

Notes

9. Faculté des Lettres et Sciences Humaines d’Agadir (en arabe) (2002).

10. Curieusement, Bohas n’a traité nulle part de l’étymon {q,m}, ni seul (1997), ni avec Bachmar (2013).