Études de lexicologie arabe


Le signe, l’insigne et la désignation

 

 

 

 

La parentèle arabe de إسم ism

 

 

Cette étude nous a été inspirée par un article de Simona Olivieri[1] dans la troisième partie duquel l’auteur présente un historique des débats qui ont agité les grammairiens arabes, notamment ceux des écoles de Baṣra et de Kūfa (2e/8e s. – 3e/9e s.) quant à la racine d’origine du nom إسم ism : était-ce سمو √smw ou n’était-ce pas plutôt وسم √wsm ? Du point de vue de la tradition dictionnairique arabe, où l’on classe les vocables en fonction de leur appartenance réelle ou supposée à telle ou telle racine trilitère, le débat n’était effectivement pas vain. À juger par la place de إسم ism sous سمو √smw chez Kazimirski, Belot et Reig aussi bien que chez Lane, c’est la position de Baṣra en faveur de cette option qui semble l’avoir finalement emporté. Seul Wehr se rebelle, ne prend pas partie, et préfère imaginer à ce nom une racine bilitère سم √sm qu’il place juste avant سمّ √smm.[2]

 

À notre modeste niveau, mais encouragé d’abord par l’option de Wehr, puis par l’intérêt depuis longtemps déjà porté aux bilitères, notamment dans le DRS[3], et enfin par la Théorie des Matrices et Étymons (désormais TME) de Georges Bohas[4], nous nous proposons de faire ici quelques observations, aussi bien formelles que sémantiques, qui devraient permettre, du moins on l’espère, de prendre quelque distance ou hauteur par rapport à ce débat et d’ouvrir d’autres perspectives aussi bien étymologiques que lexicographiques. Dans sa note nº 45 p. 339, Simona Olivieri donne une liste exhaustive des cognats de إسم ism dans les diverses langues sémitiques. Nous nous proposons quant à nous de présenter ici un inventaire provisoire et non exhaustif des racines qu’on pourrait légitimement supposer apparentées à إسم ism au sein même du lexique de l’arabe, à commencer par les deux familles candidates à l’adoption qui firent l’objet de la fameuse dispute médiévale.

 

 

1. Les deux familles nucléaires concurrentes

 

1.1. La racine وسم √wsm (Kazimirski, II, p. 1537)

 

Les formes retenues ayant été jugées suffisamment représentatives, nous avons allégé la notice des dérivés qui n’apportaient pas d’information propre.

 

وسم wasama marquer qqch d’une marque imprimée avec un fer chaud ; décrire, dépeindre ; surpasser qqn en beauté – وسم wasuma être beau de visage – II. distinguer, décorer qqn – V. se teindre les mains ou autres parties du corps avec de la poudre ; juger d’une chose à l’aide des signes que l’on aperçoit ; découvrir un indice, surtout favorable, dans qqch – VIII. se distinguer par un signe quelconque (au physique ou au moral) – وسم wasm, سمة sima marque empreinte sur la peau avec un fer chaud – وسام wisām marque (d’une bête), insigne, médaille, décoration – وسامة wasāma trait de beauté, qui distingue ; beauté du visage – موسم mawsim saison de la foire – ميسم mīsam outil en fer à l’aide duquel on imprime une marque sur la peau d’une bête ; cette marque elle-même ; marque d’infamie imprimée aux criminels ; trait de beauté particulier à un beau visage ; visage ; beauté ; race, origine – وسمة wasma, wasima feuilles d’une plante semblable au myrte, dont le suc épaissi sert à se teindre les cheveux et les sourcils en noir ; feuilles de l’indigo

 

Commentaire : Le sens premier de cette racine est clairement le marquage au fer chaud qui permet, en particulier à l’occasion d’une foire[5], de savoir qui est le propriétaire de tel ou tel animal. Tous les autres sens en sont dérivés, notamment la distinction qui, comme en français, acquiert un sens moral allant bien au-delà du simple fait de séparer un élément d’un ensemble. On notera également en français les rapports entre les mots marque, marquer et remarquable. La beauté du visage n’étant pas forcément la chose du monde la mieux partagée, quand elle existe, elle se remarque ; les humains peu sûrs d’être dotés d’une beauté naturelle usent d’artifices comme le maquillage et le tatouage. D’un bel animal, on dit qu’il est racé : le même lien sémantique se retrouve en arabe entre race ou origine et beauté, comme on le voit par cette riche racine.

 

1.2. La racine سمو √smw (Kazimirski, I, p. 1144)

 

Par souci de clarté et de légèreté, nous n’avons retenu que les sens premiers de cette racine, à savoir la hauteur – physique et morale – et la désignation, ainsi que les deux substantifs les plus usuels relativement à ces notions. Comme on pourra le constater en consultant la notice de Kazimirski, les autres vocables sont soit des formes synonymes, soit des termes de chasse sans lien sémantique avec les formes retenues, soit des dérivés au lien sémantique clair avec ces formes.

 

سما samā être haut, élevé, devenir grand, s’élever ; s’élever vers un point plus élevé ; élever, hausser, hisser ; monter vers ; s’élever, se dresser au point de paraître visible à qqn ; nommer, appeler qqn d’un nom, donner un nom à – III. surpasser qqn en élévation, en grandeur, en gloire – VIII. concevoir une opinion favorable de qqn d’après sa physionomie – سماء samā’ ciel – إسم ism nom

 

Commentaire : Le marquage est ici virtuel : la fonction première du nom est de désigner les personnes, les objets et les notions. Mais le nom a aussi un rapport évident avec la célébrité, avec la gloire (cf. le fr. renom). Notons dans la forme VIII le lien entre la physionomie et l’opinion favorable. Dès cette deuxième racine on comprend l’intitulé de notre étude : il y a ici à la fois le signe (les traits du visage), l’insigne (la gloire), et la désignation (le nom). En ce qui concerne la hauteur, le fait de dépasser le reste ou la norme, d’être énorme, sa conséquence la plus importante est, dans ce contexte, de donner à l’objet concerné une visibilité supérieure.

 

 

2. Les proches parents par le bilitère -sm-

 

Nous commençons par les racines les plus proches des racines de départ : la racine sourde et les racines creuses que Kazimirski traite sous une seule entrée. Ces quatre ou cinq racines sont ce que Bohas appelle des racines « non ambigües » car le glide, quelle que soit sa place, n’est pas considéré comme apte à être une radicale. Nous poursuivrons par les racines dites « saines », forcément beaucoup plus nombreuses, que Bohas préfère appeler « ambigües », mais on verra que cette ambigüité formelle est le plus souvent levée par une forte proximité sémantique avec les racines « non ambigües ».

 

2.1. Les racines سمّ samma et سوم swm / سيم sym

 

Avertissement : À partir d’ici, nous ne retenons dans les racines que les vocables les plus représentatifs de la thématique générale constatée dans les deux racines de départ.

 

سوم swm / سيم sym – II. et IV. marquer (un cheval) d’une marque – V. adopter une marque distinctive (guerriers au combat) – سومة sūma marque, empreinte dont on marque les pièces de bétail, marque distinctive dont un guerrier s’affuble à la guerre – سيمًا sīman et سيماء sīmā’ marque, signe ; traits du visage, physionomie – سيمياء sīmiyā’ marque, signe ; beauté

 

سمّ samma être propre, spécial, particulier – سمامة samāma trace, vestige (de maison ou tente démolie ou renversée) – سموم samūm vent chaud et pestilentiel – سامّة sāmma personnes d’élite, les grands

 

Commentaire : À la lecture du contenu lexical de la racine سوم swm / سيم sym, où l’on revient au marquage volontaire, on peut s’étonner qu’elle n’ait pas été, dès le Moyen Âge, rapprochée des deux racines qui firent l’objet de la fameuse dispute, au moins de وسم √wsm dont elle semble n’être qu’une variante. Avec la racine سمّ samma, nous voyons apparaître la thématique de la trace, du vestige. Il ne s’agit plus ici de marquage volontaire ni du remarquable, mais du remarqué, et même de ce qui pourrait éventuellement passer inaperçu si l’on n’y prenait garde. D’où les deux dimensions inverses que nous ne cesserons de rencontrer, à savoir l’énormité – au sens étymologique du mot – et la petitesse. Quant à سموم samūm, il nous introduit dans les perceptions autres que visuelles – ici le toucher et l’odorat – dont nous allons voir qu’elles occupent dans notre inventaire une place non négligeable.

 

2.2. Les autres racines

 

Avertissement : Comme les sous-groupes constitués ci-dessous en rendent compte, la place du bilitère est indifférente : il est à l’initiale, en finale ou « cassé » par la troisième radicale.

 

سمع sami‛a écouter, entendre – II. rendre célèbre, répandre la renommée de qqn

سمق samaqa être haut, grand, d’une belle taille (plante, arbre)

سمك samaka élever dans les airs ; être très haut, grand – سمك samak poisson (?)

سمل samal reste d’eau au fond d’un vase, d’un puits

 

Commentaire : Nous ne reviendrons pas sur les sémantismes apparus précédemment. Comme nouveauté, notons, avec سمع sami‛a, la perception des signes auditifs. Mais que vient faire ici le poisson ? On sait que de nombreux animaux sont, dans toutes les langues, nommés en fonction de leur caractéristique principale. Alors, « le puant » ? Dans le contexte de cette étude, il nous est en effet apparu que le nom arabe du poisson pourrait avoir quelque rapport avec l’odeur – signe olfactif – dégagée par cet animal dès qu’il n’est plus très frais. Si c’est un hasard, on reconnaîtra que le hasard aime jouer avec les mots.

 

بسم basama sourire

جسم ǧasuma être gros, corpulent, épais, d’un grand volume

دسم dasama arroser légèrement le sol (pluie)

رسم rasama tracer, faire des marques – رسم rasm trace, marque, vestige, empreinte, trait

طسم √ṭsm – أطسمّة uṭsumma le milieu, le cœur et la meilleure partie de toute chose

عسمة ‛asma petit morceau, bouchée – عسوم ‛usūm petite quantité ; petits morceaux ou miettes de pain sec

غسم ġusam parties détachées de plus gros nuages, petits nuages isolés

قسم qasama séparer, disperser les hommes qui étaient ensemble – قسم qasuma être beau, joli, gracieux – قسم qasm, qism, قسمة qisma faculté innée, disposition naturelle, aptitude pour qqch – قسم qasam, قسمة qisma, qasama, قسام qasām, قسامة qasāma beauté, élégance des formes

كسم kasama broyer qqch de sec avec les doigts

لسم lasama goûter, déguster qqch

نسم nasama faire sortir à sa surface un peu d’eau – نسم nasima se gâter et commencer à sentir mauvais – نسم nasam odeur du lait ou de la graisse – منسم mansim marque, trace, vestige

هسم hasama casser, fracasser un objet creux en dedans

 

Commentaire : Parmi les nouveautés, notons le sourire – geste aussi significatif que le clin d’œil, que nous trouverons plus loin –, les traces ou restes de pluie sur le sol, la perception gustative, et la qualité (le meilleur), à compter comme la beauté au nombre des choses remarquables. Les objets qui ont été broyés ou fracassés laissent des traces sous forme de fragments de petite taille. Le détachement ou la séparation d’avec le tout est aussi une forme de marquage, de distinction. Le verbe نسم nasima nous conforte dans l’idée que le nom du poisson n’est peut-être pas un hasard. Enfin, après les traits du visage, apparaissent ici par la même métaphore qu’en français les traits de caractère, les facultés innées.

 

سخم saḫama – II. sentir mauvais

سطم suṭm (pl.) racines, origines – أسطم usṭum plus noble, plus illustre – أسطمة usṭuma milieu, cœur, la meilleure partie d’une chose, le noyau, l’élite de...

سغم saġama – II. faire humer

سلم salama piquer qqn, faire une morsure (serpent) – IV. faire monter qqn à l’aide d’une échelle – سلمان salmān la meilleure partie, le choix – سلّم sullam échelle ; étrier ; moyen à l’aide duquel on arrive à qqch, marchepied, fig.

سنم sanima être haut, grand – سنام sanām bosse du chameau ; élévation, protubérance, bosse

سهم suhima être affecté par le vent pestilentiel "samûm"

 

Commentaire : À propos de سلم salama et de ses dérivés : si ces mots ont l’air d’intrus au sein d’une notice dictionnairique consacrée à la racine سلم √slm où dominent les notions de salut, de santé, de bon état physique, de sécurité, de soumission, etc., on voit qu’ils sont beaucoup moins isolés dans l’environnement que nous leur donnons ici ; et aussi qu’ils relèvent d’une même racine – homonyme de l’autre – ce que rien ne laissait supposer à première vue. La TME nous donne la clé de cette homonymie : la racine سلم √slm.1 « salut, etc. » est construite sur l’étymon {s,l} alors que la racine سلم √slm.2 « piqûre de serpent ; monter » l’est sur l’étymon {s,m}. La morsure du serpent, comme toutes les blessures, laisse non seulement son venin – سمّ samm – mais aussi sa marque.[6]

 

 

3. Des parents un peu plus éloignés

 

En phonologie sémitique, notamment quand on compare l’hébreu et l’arabe, on s’accorde à considérer le phonème /š/ comme proche du /s/. Nous avons donc inventorié ci-après les racines présentant la séquence šm, en commençant par les racines non ambigües.

 

شمّ šamma flairer – شمم šamam élévation, hauteur d’une montagne – شميم šamīm bonne odeur (d’une chose qui sent bon) ; haut, élevé

شمشم šamšama respirer, renifler, prendre le vent

شما šamā être haut, élevé – II. flairer

وشم wašama se tatouer le corps – وشم wašm tatouage

 

شمخ šamaḫa être très haut, élevé

شمط šamaṭa – شمطاط šimṭāṭ troupe, bande détachée (d’hommes ou d’animaux)

شمل √šml – شمل šamal, شملة šamla le peu de dattes qui restent sur l’arbre après la récolte – شمال šimāl naturel, caractère, qualité innée

 

جشم ǧašm, ǧašam corpulence, obésité

حشم ḥašama acquérir de la considération, de l’importance

خشم ḫašima sentir mauvais, exhaler une odeur fétide

رشم rašama écrire à qqn ; marquer les tas de grains mesurés avec un morceau de bois plat – رشم rašima avoir envie d’un mets dont on a senti l’odeur – مرشوم maršūm marqué (linge, etc.)

قشم qašama choisir les meilleurs morceaux et les manger – قشام qušām, قشامة qušāma restes de mets qu’on jette

كشم kašama couper net, entièrement – كشم kašima éprouver quelque perte, quelque atteinte, dans son corps, dans son honneur

نشم našima être tacheté de taches blanches et noires ; élever, rendre illustre – II. suer l’eau (terre)

هشم hašama traire une chamelle avec toute la main ; casser, écraser un corps sec et creux en dedans – II. honorer, respecter, révérer qqn – هشيم hašīm morceau de bois cassés ; éclats d’os cassés

 

Commentaire : À propos de هشم hašama : nous allons rencontrer à partir d’ici beaucoup de mots en rapport avec la traite d’une femelle ou la succion du lait de la mère, ou avec l’extraction en général (voir ci-dessous شام šāma tirer un sabre du fourreau), laquelle est symbolique de l’action de sélectionner[7] comme le dit bien la locution française tirer (le meilleur) parti de qqch. La forme II du même verbe confirme cette interprétation.

 

شام šāma tirer un sabre du fourreau ; être marqué d’un grain de beauté – شامة šāma grain de beauté, signe sur le corps – شيمة šīma naturel, caractère, qualité innée, mœurs ; caractère distinctif, marque caractéristique à laquelle on reconnaît qqch

شخم šaḫama – IV. être gâté, sentir mauvais (lait)

شرم šarama fendre légèrement – شارم šārim qui ne fait que toucher le bord du but (flèche)

شعم √š‛m – شعوم šu‛ūm grand de taille (homme)

شغم √šġm – شغموم šuġ‛mūm, شغميم šiġ‛mīm long, bien formé de corps (se dit des animaux et des hommes)

شنم šanama se déchirer le visage avec les ongles, égratigner, causer une égratignure

 

 

4. La famille élargie

 

Dans la TME, une famille morphosémantique arabe se caractérise par la présence, au sein des racines qui la composent, d’un “étymon” bilitère de type {C1,C2} porteur d’une même charge sémantique. La troisième consonne d’une racine trilitère a le statut de crément – préfixe, suffixe ou infixe – et la place des consonnes de l’étymon – qui doivent respectivement relever d’un même groupe phonétique – n’est ni fixe ni ordonnée. Cette théorie, dont nous avons pu vérifier maintes fois la validité dans nos précédentes études, nous autorise donc à intégrer également dans notre corpus les racines synonymes construites sur les séquences bilitères ms et .

 

4.1. Les racines de structure -ms-

 

مسّ massa toucher, atteindre, porter atteinte à, blesser (en parlant d’un mal, d’une maladie) – أمسّ amass plus considérable, principal

مسا masā introduire la main dans le vagin de la chamelle pour en tirer le sperme de l’étalon qui vient de la couvrir, quand on ne veut pas qu’elle retienne de ce mâle

ميس mys – ميسون maysūn jeune garçon bien fait et beau de visage

ومس wamasa frotter une chose pour la rendre lisse

 

مسح masaḥa toucher, frotter, palper ; atteindre (d’un coup de sabre) – مسحة masḥa légère teinture de qqch, ce qui reste à la surface d’un corps touché par un autre qui y a déteint – مسوح masūḥ tout ce qui sert à oindre – المسيح al-masīḥ l’Oint, le Messie

مسخ masaḫa – VIII. tirer, dégainer du fourreau (un sabre)

مسر masara tirer, extraire une chose de l’endroit étroit où elle se trouvait

مسط masaṭa cingler qqn de coups de fouet

مسك misk musc – مسك musuk odeur du musc – مسكة muska, مساك misāk un reste de qqch dans qqch

مسل masala – مسالة masāla belle forme ovale du visage

مسن masana donner un très violent coup de fouet ; tirer, extraire une chose d’une autre

قمس qums homme considérable, noble, notable

لمس lamasa toucher

متس matasa saisir et tordre de tous côtés en voulant arracher qqch

مدس madasa frotter (du cuir)

مرس marasa sucer (son doigt, en parlant d’un enfant)

معس ma‛asa frotter avec force (le cuir) ; percer avec une lance

مغس maġasa percer qqn avec une lance ; toucher, palper, tâter

 

Commentaire : À propos de مسح masaḥa : le sémantisme caractéristique de cette racine – et d’autres que nous rencontrerons – est l’action de frotter. Le but de cette action est plus souvent de nettoyer, d’effacer des traces plutôt que d’en laisser. Néanmoins, on voit par l’environnement sémantique général que c’est la notion de contact, le sens du toucher qui prédomine, ainsi que les effets visibles de ces contacts, quels qu’ils soient, frottements ou coups de sabre ou de lance. Quant au Messie, c’est clairement "Celui qui a été distingué et marqué par Dieu" ; l’onction à l’huile n’est qu’une image matérielle et visible, symbolique, de cette distinction.

 

4.2. Les racines de structure --

 

Tous les sémantismes propres à notre corpus ayant été relevés précédemment, nous n’aurons pas de commentaire à faire sur ces racines.

 

مشّ mšš – مشش mušaš tache blanche qui se forme sur l’œil d’un chameau – مشاش mušāš caractère, nature, naturel

ماش māša traire une femelle de manière à ne tirer qu’une partie du lait, ayant soin d’en laisser un peu dans le pis

ومشة wamša signe maternel blanc sur le corps

 

مشط mušṭ marque imprimée avec un fer chaud sur la peau d’un chameau

مشع maša‛a arracher qqch des mains à qqn

مشغ mšġ – II. marquer, crayonner avec de la terre rouge

مشق mašaqa traire peu une femelle, n’en tirer que peu de lait – II. marquer, crayonner avec de la terre rouge

مشل mašala tirer un sabre du fourreau

مشن mašana tirer tout le lait d’une chamelle – VIII. tirer (le sabre) du fourreau – مشنة mašna écorchure, blessure faite à la surface de la peau

خمش ḫamaša déchirer avec les ongles (visage, corps)

رمش ramaš taches blanches qui apparaissent aux ongles chez les jeunes gens adultes

قمش qamaša ramasser par terre en grattant, en raclant

كمش kamaša prendre, enlever avec la main autant qu’on peut

همش hamaša traire une chamelle

 

متش mataša séparer et disperser qqch en y passant ses doigts – متش matš points blancs aux ongles

محش √mḥš – IV. noircir une chose, y causer une brûlure

مدش madaša manger peu, donner peu

مرش maraša gratter, déchirer avec les ongles ; frotter avec le bout des doigts ; piquer, offenser qqn par un propos blessant – تمريش tamrīš petite quantité de pluie

معش ma‛aša frotter doucement qqch

مهش mahaša brûler qqch en l’approchant du feu ; déchirer avec les ongles

 

 

5. Organisation du corpus

 

5.1. Classement et codification des sémantismes

 

A. Le marquage physique intentionnel et artificiel

A.1. le marquage des animaux et des criminels

A.2. marques du guerrier, tatouage et maquillage

A.3. outils ou produits utilisés

B. Le marquage physique accidentel ou naturel

B.1. marques et morceaux laissés par des coups ; ces coups

B.2. le remarqué pour sa petite taille

B.3. le remarqué pour sa grande taille

B.4. le remarqué pour sa beauté physique

B.5. le remarqué pour sa valeur

B.6. le remarqué par les autres sens que la vue

C. Les signes, l’insigne et la désignation

C.1. attribution d’un nom ; sourires, clins d’œil et signes divers, signaux, symboles ; tracer, écrire, décrire

C.2. les traits de caractère, ce qui est propre, spécial, particulier

C.3. le remarqué pour ses qualités morales ; considérer, estimer ; décorer, honorer, médaille, insigne

C.4. le marquage par la coupure du tout, la séparation, l’extraction

 

5.2. Classement du corpus par les sémantismes

 

A. Le marquage physique intentionnel et artificiel

 

A.1. le marquage des animaux et des criminels

سوم swm et سيم sym – II. et IV. marquer (un cheval) d’une marque – سومة sūma marque, empreinte dont on marque les pièces de bétail

مشط mušṭ marque imprimée avec un fer chaud sur la peau d’un chameau

موسم mawsim saison de la foire (implicitement : du marquage des animaux)

ميسم mīsam marque sur la peau d’une bête ; marque d’infamie imprimée aux criminels

وسام wisām marque (d’une bête)

وسم wasama marquer qqch d’une marque imprimée avec un fer chaud

وسم wasm, سمة sima marque empreinte sur la peau avec un fer chaud

 

A.2. marques du guerrier, tatouage et maquillage

سوم swm et سيم sym – V. adopter une marque distinctive (guerriers au combat) – سومة sūma marque distinctive dont un guerrier s’affuble à la guerre

وسم wasama – V. se teindre les mains ou autres parties du corps avec de la poudre

وشم wašama se tatouer le corps – وشم wašm tatouage

 

A.3. outils ou produits utilisés

ميسم mīsam outil en fer à l’aide duquel on imprime une marque sur la peau d’une bête

وسمة wasma, wasima feuilles d’une plante semblable au myrte, dont le suc épaissi sert à se teindre les cheveux et les sourcils en noir ; feuilles de l’indigo

 

B. Le marquage physique accidentel ou naturel

 

B.1. les coups qui laissent des marques ou des morceaux

خمش ḫamaša déchirer avec les ongles (visage, corps)

سلم salama piquer qqn, faire une morsure (serpent)

شرم šarama fendre légèrement

شنم šanama se déchirer le visage avec les ongles, égratigner, causer une égratignure

عسمة ‛asma petit morceau, bouchée

قمش qamaša ramasser par terre en grattant, en raclant

كسم kasama broyer qqch de sec avec les doigts

كشم kašima éprouver quelque perte, quelque atteinte, dans son corps, dans son honneur

محش √mḥš – IV. noircir une chose, y causer une brûlure

مرش maraša gratter, déchirer avec les ongles ; piquer, offenser qqn par un propos blessant

مسح masaḥa atteindre (d’un coup de sabre)

مسّ massa toucher, atteindre, porter atteinte à, blesser (en parlant d’un mal, d’une maladie)

مسط masaṭa cingler qqn de coups de fouet

مسن masana donner un très violent coup de fouet

مشنة mašna écorchure, blessure faite à la surface de la peau

معس ma‛asa frotter avec force (le cuir) ; percer avec une lance

مغس maġasa percer qqn avec une lance

مهش mahaša brûler qqch en l’approchant du feu ; déchirer avec les ongles

هسم hasama casser, fracasser un objet creux en dedans[8]

هشم hašama casser, écraser un corps sec et creux en dedans

هشيم hašīm morceau de bois cassés ; éclats d’os cassés

ومس wamasa frotter une chose pour la rendre lisse

 

B.2. le remarqué pour sa petite taille

دسم dasama arroser légèrement le sol (pluie)

رسم rasm trace, marque, vestige, empreinte, trait

رمش ramaš taches blanches qui apparaissent aux ongles chez les jeunes gens adultes

سمامة samāma trace, vestige (de maison ou tente démolie ou renversée)

سمل samal reste d’eau au fond d’un vase, d’un puits

شمل √šml – شمل šamal, شملة šamla le peu de dattes qui restent sur l’arbre après la récolte

شيم √šym être marqué d’un grain de beauté – شامة šāma grain de beauté, signe sur le corps

عسوم ‛usūm petite quantité ; petits morceaux ou miettes de pain sec[9]

قشام qušām, قشامة qušāma restes de mets qu’on jette

متش matš points blancs aux ongles

مدش madaša manger peu, donner peu

مرش maraša – تمريش tamrīš petite quantité de pluie

مسحة masḥa légère teinture de qqch, ce qui reste à la surface d’un corps touché par un autre qui y a déteint

مسك masaka – مسكة muska, مساك misāk un reste de qqch dans qqch

مشّ mšš – مشش mušaš tache blanche qui se forme sur l’œil d’un chameau

نسم √nsm – منسم mansim marque, trace, vestige

نسم nasama faire sortir à sa surface un peu d’eau

نشم našima – II. suer l’eau (terre)

نشم našima être tacheté de taches blanches et noires

ومشة wamša signe maternel blanc sur le corps

 

B.3. le remarqué pour sa grande taille

جسم ǧasuma être gros, corpulent, épais, d’un grand volume

جشم ǧašm, ǧašam corpulence, obésité

سما samā être haut, élevé, se dresser au point de paraître visible à qqn

سماء samā’ ciel

سمق samaqa être haut, grand, d’une belle taille (plante, arbre)

سمك samaka élever dans les airs ; être très haut, grand

سنم sanima être haut, grand – سنام sanām bosse du chameau ; élévation, protubérance, bosse

شعم √š‛m – شعوم šu‛ūm grand de taille (homme)

شما šamā être haut, élevé

شمخ šamaḫa être très haut, élevé

شمّ šamma – شميم šamīm haut, élevé – شمم šamam élévation, hauteur d’une montagne

 

B.4. le remarqué pour sa beauté physique

سطم suṭm (pl.) racines, origines

سما samā – VIII. concevoir une opinion favorable de qqn d’après sa physionomie

سيمًا sīman et سيماء sīmā’ traits du visage, physionomie – سيمياء sīmiyā’ marque, signe ; beauté

شغم √šġm – شغموم šuġ‛mūm, شغميم šiġ‛mīm long, bien formé de corps (se dit des animaux et des hommes)

قسم qasuma être beau, joli, gracieux – قسم qasam, قسمة qisma, qasama, قسام qasām, قسامة qasāma beauté, élégance des formes

مسل masala – مسالة masāla belle forme ovale du visage

ميس mys – ميسون maysūn jeune garçon bien fait et beau de visage

وسم wasama surpasser qqn en beauté – وسم wasuma être beau de visage – وسامة wasāma trait de beauté, qui distingue ; beauté du visage – ميسم mīsam trait de beauté particulier à un beau visage ; visage ; beauté ; race, origine

 

B.5. le remarqué pour sa valeur

سامّة sāmma personnes d’élite, les grands

سطم √sṭm – أسطمة usṭuma milieu, cœur, la meilleure partie d’une chose, le noyau, l’élite

سلمان salmān la meilleure partie, le choix

طسم √ṭsm – أطسمّة uṭsumma le milieu, le cœur et la meilleure partie de toute chose

قشم qašama choisir les meilleurs morceaux et les manger

 

B.6. le remarqué par d’autres sens que la vue : entendre, toucher, sentir, etc.

خشم ḫašima sentir mauvais, exhaler une odeur fétide

رشم rašima avoir envie d’un mets dont on a senti l’odeur

سغم saġama – II. faire humer

سمع sami‛a écouter, entendre

سمك samak poisson (?)

سموم samūm vent chaud et pestilentiel

سهم suhima être affecté par le vent pestilentiel samûm[10]

شخم šaḫama – IV. être gâté, sentir mauvais (lait)

شرم šarama – شارم šārim qui ne fait que toucher le bord du but (flèche)

شما šamā – II. flairer

شمشم šamšama respirer, renifler, prendre le vent

شمّ šamma flairer – شميم šamīm bonne odeur (d’une chose qui sent bon)

لسم lasama goûter, déguster qqch

لمس lamasa toucher

مدس madasa frotter (du cuir)

مرش maraša frotter avec le bout des doigts

مسح masaḥa toucher, frotter, palper

مسك misk musc – مسك musuk odeur du musc

معش ma‛aša frotter doucement qqch

مغس maġasa toucher, palper, tâter

نسم nasima se gâter et commencer à sentir mauvais – نسم nasam odeur du lait ou de la graisse

 

C. Les signes, l’insigne et la désignation

 

C.1. attribution d’un nom ; clins d’œil et signes divers, signaux, symboles ; tracer, écrire, décrire

إسم ism nom – سما samā nommer, appeler qqn d’un nom, donner un nom à

بسم basama sourire

رسم rasama tracer, faire des marques

رشم rašama écrire à qqn ; marquer les tas de grains mesurés avec un morceau de bois plat – مرشوم maršūm marqué (linge, etc.)

سيمًا sīman et سيماء sīmā’ marque, signe

مشغ mšġ – II. marquer, crayonner avec de la terre rouge

مشق mšq – II. marquer, crayonner avec de la terre rouge[11]

وسم wasama décrire, dépeindre – V. découvrir un indice, surtout favorable, dans qqch ; juger d’une chose à l’aide des signes que l’on aperçoit

 

C.2. les traits de caractère, ce qui est propre, spécial, particulier

سمّ samma être propre, spécial, particulier

شمال šimāl naturel, caractère, qualité innée

شيمة šīma naturel, caractère, qualité innée, mœurs ; caractère distinctif, marque caractéristique à laquelle on reconnaît qqch

قسم qasm, qism, قسمة qisma faculté innée, disposition naturelle

مشاش mušāš caractère, nature, naturel

وسم wasama - VIII. se distinguer par un signe quelconque (au physique ou au moral)

 

C.3. le remarqué pour ses qualités morales ; considérer, estimer ; décorer, honorer, médaille, insigne

حشم ḥašma acquérir de la considération, de l’importance

سطم √sṭm – أسطم usṭum plus noble, plus illustre

سما samā – III. surpasser qqn en élévation, en grandeur, en gloire

سمع sami‛a – II. rendre célèbre, répandre la renommée de qqn

قمس qums homme considérable, noble, notable

مسّ √mss – أمسّ amass plus considérable, principal

مسوح masūḥ tout ce qui sert à oindre – المسيح al-masīḥ l’Oint, le Messie

نشم našima élever, rendre illustre

هشم hašama – II. honorer, respecter, révérer qqn

وسم wasama – II. distinguer, décorer qqn – وسام wisām insigne, médaille, décoration

 

C.4. le marquage par la coupure du tout, la séparation, l’extraction

شام šāma tirer un sabre du fourreau

شمط šamaṭa – شمطاط šimṭāṭ troupe, bande détachée (d’hommes ou d’animaux)

غسم ġusam parties détachées de plus gros nuages, petits nuages isolés

قسم qasama séparer, disperser les hommes qui étaient ensemble

كشم kašama couper net, entièrement

كمش kamaša prendre, enlever avec la main autant qu’on peut

ماش māša traire une femelle de manière à ne tirer qu’une partie du lait, ayant soin d’en laisser un peu dans le pis[12]

متس matasa saisir et tordre de tous côtés en voulant arracher qqch

متش mataša séparer et disperser qqch en y passant ses doigts

مرس marasa sucer (son doigt, en parlant d’un enfant)

مسا masā introduire la main dans le vagin de la chamelle pour en tirer le sperme de l’étalon qui vient de la couvrir, quand on ne veut pas qu’elle retienne de ce mâle

مسخ masaḫa – VIII. tirer, dégainer du fourreau (un sabre)

مسر masara tirer, extraire une chose de l’endroit étroit où elle se trouvait

مسن masana tirer, extraire une chose d’une autre

مشع maša‛a arracher qqch des mains à qqn

مشق mašaqa traire peu une femelle, n’en tirer que peu de lait

مشل mašala tirer un sabre du fourreau

مشن mašana tirer tout le lait d’une chamelle – VIII. tirer (le sabre) du fourreau

هشم hašama traire une chamelle avec toute la main

همش hamaša traire une chamelle

 

 

6. Remarques sur certaines racines du corpus

 

6.1. Racines avec m en position finale

 

Dans notre étude sur le statut du m final dans certaines racines[13], nous avions observé que dans un assez grand nombre de ces racines, la présence de ce m n’apportait aucune information sémantique supplémentaire par rapport à une racine non ambigüe construite sur les deux autres radicales. Quelques-unes de ces racines se retrouvent dans les deux corpus d’étude. Nous les mettons en parallèle avec les racines non ambigües correspondantes :

 

سخم saḫama – II. sentir mauvais – سخم saḫam noirceur // سواخ suwāḫ bourbier // وسخ wasaḫ saleté

سطم suṭm (pl.) racines, origines – أسطم usṭum plus noble, plus illustre ; milieu, centre, cœur (de toute chose) – أسطمة usṭuma milieu, cœur, la meilleure partie d’une chose, le noyau, l’élite de... // وسط wasṭ milieu

شرم šarama fendre légèrement – شارم šārim qui ne fait que toucher le bord du but (flèche) // وشر wašara scier (le bois)

كسم kasama broyer qqch de sec avec les doigts // كسّ kassa broyer, piler

كشم kašama couper net, entièrement, sans rien laisser // كشا kašā mordre à une chose et ensuite la retirer de la bouche

لسم lasama goûter, déguster qqch // لسّ lassa manger, lécher // لاس lāsa goûter, déguster // لسا lasā manger avec avidité

 

Commentaire : À la lumière de la présente étude, peut-être pouvons-nous maintenant supposer que, dans les racines ci-dessus, le m final n’est pas un crément quelconque mais le deuxième phonème d’un étymon croisé avec celui de la racine non ambigüe ?

 

6.2. Racines déjà étudiées dans le cadre de la TME

 

6.2.1. Il se trouve que, dans B&S 2012, quelques racines de notre corpus ont été considérées comme relevant de certaines des matrices phoniques étudiées. C’est notamment le cas de la plupart des racines que nous avons codées ci-dessus (en 5.2.) par « C.4. le marquage par la coupure du tout, la séparation, l’extraction », et que l’on retrouvera sous la matrice {[+nasal],[dorsal / coronal]} « la traction » (p. 81). Ces racines, dont nous donnons ci-après quelques exemples, peuvent s’analyser comme résultant du croisement d’étymons complémentaires, le premier porteur de la charge sémantique traction et le deuxième de la charge sémantique séparation.

 

مسخ masaḫa – VIII. tirer, dégainer du fourreau (un sabre)

مسر masara tirer, extraire une chose de l’endroit étroit où elle se trouvait

مسن masana tirer, extraire une chose d’une autre

مشع maša‛a arracher qqch des mains à qqn etc.

 

6.2.2. On trouve encore d’autres racines sous trois autres matrices étudiées dans le même ouvrage, dont سلم salama "piquer", déjà vue plus haut :

 

– La matrice {[+nasal],[+continu]} « le nez » (p. 29)

خشم ḫašima sentir mauvais, exhaler une odeur fétide : {ḫ,š} nez x {š,m} odeur

نسم nasima se gâter et commencer à sentir mauvais : {n,s} nez x {s,m} odeur

 

– La matrice {[+approximant][+latéral],[+continu]} « la langue » (p. 51)

سلم salama piquer, mordre qqn (serpent) : {l,s} langue x {s,m} marque

لسم lasama goûter, déguster qqch : {l,s} langue x {s,m} goût

 

– La matrice {[labial],[dorsal]} « la courbure » (p. 163)

جسم ǧasuma être gros, d’un grand volume : {ǧ,s} courbure x {s,m} gros

كمش kamaša prendre avec la main autant qu’on peut : {k,š} courbure x {š,m} gros

 

6.2.3. Nous avons vu que la séparation est souvent la conséquence d’un coup. Même le marquage des animaux est une blessure douloureuse. On trouvera effectivement des racines relevant d’une des matrices « porter un coup » étudiées dans d’autres ouvrages que B&S 2012, la matrice {[dorsal],[coronal]} « porter un coup » :

 

قسم qasama disperser les hommes qui étaient ensemble : {q,s} coup x {s,m} séparation

كشم kašama couper net, entièrement : {k,š} coup x {š,m} séparation

 

 

7. Conclusion

 

Nous avons clairement établi l’existence d’une corrélation phono-sémantique dans le lexique de l’arabe classique. Il n’est pas impossible que cette corrélation touche d’autres phonèmes que ceux qui ont été pris en compte dans cette étude, et que l’on parvienne ultérieurement à mettre à jour l’existence d’une matrice du signe ou de la marque dont il resterait à trouver la motivation, comme l’exige la TME[14]. Mais tel quel, notre travail aura au moins permis de rapprocher le mot إسم ism d’un certain nombre[15] de racines arabes qui pourraient bien en constituer la famille étymologique.

 

On mesure la distance parcourue depuis les débats qui, sur ce sujet, opposèrent jadis les grammairiens de Baṣra à ceux de Kūfa : le mot إسم ism ne relevait pas particulièrement de سمو √smw ou de وسم √wsm, puisque ce nom et ces deux racines étaient en fait tous trois apparentés, formellement par le segment -sm- et par le sémantisme du signe, à un ensemble de racines beaucoup plus important dont nous n’avons probablement rencontré ici qu’une partie, la moins sujette à discussions.

  

 

Notes

 

[1] “The ism in the Arabic Grammatical Tradition: Reflections on Its Origin and Meanings”, in JAIS 17, Dossier Etymologie. (2017).

[2] Voir dans la bibliographie les références des divers dictionnaires cités.

[3] Cohen 1970.

[4] Bohas 1997.

[5] Un rapprochement parallèle entre le latin merx marchandise, sans étymologie connue, d’où est issu notre marché, avec le germanique *marka "empreinte", est de ce fait tentant, mais nous laisserons les spécialistes de l’indeuropéen en débattre, comme nous les laisserons débattre de la possiblité – après lecture de notre étude – que le grec σῆμα [sêma] "signe, marque" soit éventuellement d’origine sémitique plutôt que vaguement apparenté au sanskrit dhyāti "méditer, réfléchir, penser à qqch, imaginer".

[6] Plus justement encore, la racine سلم √slm.2 doit résulter du croisement des étymons {s,l} et {s,m}, au vu du rôle réel ou supposé que tient la langue du serpent dans la croyance populaire. (Pour le rapport entre l’étymon {s,l} et la langue, voir Bohas et Saguer 2012 p. 51). Et surtout, voir ici même, sur ce blog, l'étude consacrée à la racine  سلم √slm.

[7] Voir B&S 2012 p. 99, rubrique B.2.

[8] Noter aussi : هزم hazama serrer un corps tendre avec la main de manière à y faire une empreinte ou un creux.

[9] Noter aussi : عصم ‛uṣm, ‛uṣum restes ou traces qui restent de qqch.

[10] Noter aussi : زهم zuhm odeur désagréable, fétide.

[11] Noter aussi : مصر miṣr terre rouge avec laquelle on marque – ممصّر mumaṣṣar marqué de terre rouge, ainsi que les racines رمز √rmz, غمز √ġmz, لمز √lmz etc. qui ont toutes le sens de "faire signe".

[12] Noter aussi, a fortiori : ميز √myz séparer – II. distinguer.

[13] Rolland 2018.

[14] Des sondages effectués en direction de racines construites sur les étymons {z,m} et {ṣ,m} sont très prometteurs. (Cf. رمز √rmz, زمّ √zmm, زيم √zym, لمز √lmz, ميز √myz, صمّ √ṣmm, مصّ maṣṣa etc.)

[15] Ce nombre est de 85, dont 40 grâce au principe de non ordonnancement des étymons. (Voir corpus en annexe).


Bibliographie

 

 

Bohas, Georges, Matrices, Étymons, Racines, Leuven-Paris, Peeters, 1997.

Bohas, Georges et Bachmar, Karim, L’énantiosémie dans le lexique de l’arabe classique, Université catholique de Louvain, Institut orientaliste, Peeters, Louvain-la-neuve, 2015.

Bohas, Georges et Saguer, Abderrahim, Le son et le sens, Fragment d’un dictionnaire étymologique de l’arabe classique, Damas, Presses de l’IFPO, 2012.

Bohas, Georges et Saguer, Abderrahim, The Explanation of Homonymy in the Lexicon of Arabic, ENS Éditions, 2014.

Cohen, David, Dictionnaire des racines sémitiques ou attestées dans les langues sémitiques, Paris / La Haye, Mouton (fasc. 1 et 2), 1970 ; Louvain / Paris, Peeters fasc. 3 à 10, avec la collaboration de F. Bron et A. Lonnet), 1993-2012.

Kazimirski, A. de Biberstein, Dictionnaire arabe-français, Paris, Maisonneuve et Cie, 1860.

Lane, Edward William, Arabic-English Lexicon, Londres, Willams & Norgate, 1863-1893.

Olivieri, Simona, “The ism in the Arabic Grammatical Tradition: Reflections on Its Origin and Meanings”, in JAIS 17, Dossier Etymologie, 2017.

http://www.hf.uio.no/ikos/forskning/publikasjoner/tidsskrifter/jais/volume/vol17/v17_07d_olivieri_332-344.pdf

Paoli, Bruno, « Le lexique arabe des odeurs », dans Bulletin d’études orientales, LXIV, p. 63-97, 2016.

Reig, Daniel, Dictionnaire arabe-français français-arabe « As-Sabil », Paris, Librairie Larousse, 1983.

Rolland, Jean-Claude, « Miṣr : le nom arabe de l’Égypte dans la racine مصرmṣr », dans Dix études de lexicologie arabe, 2e édition, J.C. Rolland, Meaux, 2017.

Rolland, Jean-Claude, « Le statut du m final dans les racines arabes », à paraître dans Langues et littératures du monde arabe nº 11, 2018.

Wehr, Hans, A Dictionary of Modern Written Arabic, edited by J. Milton Cowan, Ithaca NY, Cornell University Press, 1966.

 

 

 

 

 

 


ANNEXE

 

 

Le corpus dans l’ordre alphabétique (85 racines)

 

بسم basama sourire

جسم ǧasuma être gros, corpulent, épais, d’un grand volume

جشم ǧašm, ǧašam corpulence, obésité

حشم ḥašama acquérir de la considération, de l’importance

خشم ḫašima sentir mauvais, exhaler une odeur fétide

خمش ḫamaša déchirer avec les ongles (visage, corps)

دسم dasama arroser légèrement le sol (pluie)

رسم rasama tracer, faire des marques – رسم rasm trace, marque, vestige, empreinte, trait

رشم rašama écrire à qqn ; marquer les tas de grains mesurés avec un morceau de bois plat –  رشمrašima avoir envie d’un mets dont on a senti l’odeur – مرشوم maršūm marqué (linge, etc.)

رمش ramaš taches blanches qui apparaissent aux ongles chez les jeunes gens adultes

سخم saḫama – II. sentir mauvais

سطم suṭm (pl.) racines, origines – أسطم usṭum plus noble, plus illustre – أسطمة usṭuma milieu, cœur, la meilleure partie d’une chose, le noyau, l’élite de...

سغم saġama – II. faire humer

سلم salama piquer qqn, faire une morsure (serpent) – سلمان salmān la meilleure partie, le choix

سما samā être haut, élevé, devenir grand, s’élever ; s’élever vers un point plus élevé ; élever, hausser, hisser ; monter vers ; s’élever, se dresser au point de paraître visible à qqn ; nommer, appeler qqn d’un nom, donner un nom à – III. surpasser qqn en élévation, en grandeur, en gloire – VIII. concevoir une opinion favorable de qqn d’après sa physionomie – سماء samā’ ciel – إسم ism nom

سمع sami‛a écouter, entendre – II. rendre célèbre, répandre la renommée de qqn

سمق samaqa être haut, grand, d’une belle taille (plante, arbre)

سمك samaka élever dans les airs ; être très haut, grand – سمك samak poisson

سمل samal reste d’eau au fond d’un vase, d’un puits

سمّ samma être propre, spécial, particulier – سمامة samāma trace, vestige (de maison ou tente démolie ou renversée) – سموم samūm vent chaud et pestilentiel

سنم sanima être haut, grand – سنام sanām bosse du chameau ; élévation, protubérance, bosse

سهم suhima être affecté par le vent pestilentiel samûm

سوم swm / سيم sym – II. et IV. marquer (un cheval) d’une marque – V. adopter une marque distinctive (guerriers au combat) – سومة sūma marque, empreinte dont on marque les pièces de bétail, marque distinctive dont un guerrier s’affuble à la guerre – سيمًا sīman et سيماء sīmā’ marque, signe ; traits du visage, physionomie – سيمياء sīmiyā’ marque, signe ; beauté

شام šāma tirer un sabre du fourreau ; être marqué d’un grain de beauté – شامة šāma grain de beauté, signe sur le corps – شيمة šīma naturel, caractère, qualité innée, mœurs ; caractère distinctif, marque caractéristique à laquelle on reconnaît qqch

شخم šaḫama – IV. être gâté, sentir mauvais (lait)

شرم šarama fendre légèrement – شارم šārim qui ne fait que toucher le bord du but (flèche)

شعم √šm شعوم šuūm grand de taille (homme)

شغم √šġm شغموم šuġmūm, شغميم šiġmīm long, bien formé de corps (se dit des animaux et des hommes)

شما šamā u être haut, élevé – II. flairer

شمخ šamaḫa être très haut, élevé

شمشم šamšama respirer, renifler, prendre le vent

شمط šamaṭa شمطاط šimṭāṭ troupe, bande détachée (d’hommes ou d’animaux)

شمل √šml شمل šamal, شملة šamla le peu de dattes qui restent sur l’arbre après la récolte – شمال šimāl naturel, caractère, qualité innée

شمّ šamma flairer – شمم šamam élévation, hauteur d’une montagne – شميم šamīm bonne odeur (d’une chose qui sent bon) ; haut, élevé

شنم šanama se déchirer le visage avec les ongles, égratigner, causer une égratignure

طسم √ṭsmأطسمّة uṭsumma le milieu, le cœur et la meilleure partie de toute chose

عسمة ‛asma petit morceau, bouchée – عسوم ‛usūm petite quantité ; petits morceaux ou miettes de pain sec

غسم ġusam parties détachées de plus gros nuages, petits nuages isolés

قسم qasama séparer, disperser les hommes qui étaient ensemble – قسم qasuma être beau, joli, gracieux – قسم qasm, qism, قسمة qisma faculté innée, disposition naturelle, aptitude pour qqch – قسم qasam, قسمة qisma, qasama, قسام qasām, قسامة qasāma beauté, élégance des formes

قشم qašama choisir les meilleurs morceaux et les manger – قشام qušām, قشامة  qušāma restes de mets qu’on jette

قمس qums homme considérable, noble, notable

قمش qamaša ramasser par terre en grattant, en raclant

كسم kasama broyer qqch de sec avec les doigts

كشم kašama couper net, entièrement – كشم kašima éprouver quelque perte, quelque atteinte, dans son corps, dans son honneur

كمش kamaša prendre, enlever avec la main autant qu’on peut

لسم lasama goûter, déguster qqch

لمس lamasa toucher

ماش māša traire une femelle de manière à ne tirer qu’une partie du lait, ayant soin d’en laisser un peu dans le pis

متس matasa saisir et tordre de tous côtés en voulant arracher qqch

متش mataša séparer et disperser qqch en y passant ses doigts – متش matš points blancs aux ongles

محش √mḥš – IV. noircir une chose, y causer une brûlure

مدس madasa frotter (du cuir)

مدش madaša manger peu, donner peu

مرس marasa sucer (son doigt, en parlant d’un enfant)

مرش maraša gratter, déchirer avec les ongles ; frotter avec le bout des doigts ; piquer, offenser qqn par un propos blessant – تمريش tamrīš petite quantité de pluie

مسا masā introduire la main dans le vagin de la chamelle pour en tirer le sperme de l’étalon qui vient de la couvrir, quand on ne veut pas qu’elle retienne de ce mâle

مسح masaḥa toucher, frotter, palper ; atteindre (d’un coup de sabre) – مسحة  masḥa légère teinture de qqch, ce qui reste à la surface d’un corps touché par un autre qui y a déteint – مسوح masūḥ tout ce qui sert à oindre – المسيح al-masīḥ l’Oint, le Messie

مسخ masaḫa – VIII. tirer, dégainer du fourreau (un sabre)

مسر masara tirer, extraire une chose de l’endroit étroit où elle se trouvait

مسّ massa toucher, atteindre, porter atteinte à, blesser (en parlant d’un mal, d’une maladie) – أمسّ amass plus considérable, principal

مسط masaṭa cingler qqn de coups de fouet

مسك misk musc – مسك musuk odeur du musc – مسكة muska, مساك misāk un reste de qqch dans qqch

مسل masala مسالة masāla belle forme ovale du visage

مسن masana donner un très violent coup de fouet ; tirer, extraire une chose d’une autre

مشّ mšš مشش mušaš tache blanche qui se forme sur l’œil d’un chameau – مشاش mušāš caractère, nature, naturel

مشط mušṭ marque imprimée avec un fer chaud  sur la peau d’un chameau

مشع maša‛a arracher qqch des mains à qqn

مشغ mšġ – II. marquer, crayonner avec de la terre rouge

مشق mašaqa traire peu une femelle, n’en tirer que peu de lait – II. marquer, crayonner avec de la terre rouge

مشل mašala tirer un sabre du fourreau

مشن mašana tirer tout le lait d’une chamelle – VIII. tirer (le sabre) du fourreau – مشنة mašna écorchure, blessure faite à la surface de la peau

معس ma‛asa frotter avec force (le cuir) ; percer avec une lance 

معش ma‛aša frotter doucement qqch

مغس maġasa percer qqn avec une lance ; toucher, palper, tâter

مهش mahaša brûler qqch en l’approchant du feu ; déchirer avec les ongles

ميس mysميسون maysūn jeune garçon bien fait et beau de visage

نسم nasama faire sortir à sa surface un peu d’eau – نسم nasima se gâter et commencer à sentir mauvais – نسم nasam odeur du lait ou de la graisse – منسم mansim marque, trace, vestige

نشم našima être tacheté de taches blanches et noires ; élever, rendre illustre – II. suer l’eau (terre)

هسم hasama casser, fracasser un objet creux en dedans

هشم hašama traire une chamelle avec toute la main ; casser, écraser un corps sec et creux en dedans – II. honorer, respecter, révérer qqn – هشيم hašīm morceau de bois cassés ; éclats d’os cassés

همش hamaša traire une chamelle

وسم wasama marquer qqch d’une marque imprimée avec un fer chaud ; décrire, dépeindre ; surpasser qqn en beauté – وسم wasuma être beau de visage – II. distinguer, décorer qqn – V. se teindre les mains ou autres parties du corps avec de la poudre ; juger d’une chose à l’aide des signes que l’on aperçoit ; découvrir un indice, surtout favorable, dans qqch – VIII. se distinguer par un signe quelconque (au physique ou au moral) – وسم wasm, سمة sima marque empreinte sur la peau avec un fer chaud – وسام wisām marque (d’une bête), insigne, médaille, décoration – وسامة wasāma trait de beauté, qui distingue ; beauté du visage – موسم mawsim saison de la foire – ميسم mīsam outil en fer à l’aide duquel on imprime une marque sur la peau d’une bête ; cette marque elle-même ; marque d’infamie imprimée aux criminels ; trait de beauté particulier à un beau visage ; visage ; beauté ; race, origine – وسمة wasma, wasima feuilles d’une plante semblable au myrte, dont le suc épaissi sert à se teindre les cheveux et les sourcils en noir ; feuilles de l’indigo

وشم wašama se tatouer le corps – وشم wašm tatouage

ومس wamasa frotter une chose pour la rendre lisse

ومشة wamša signe maternel blanc sur le corps

 

 


POUR L’APPRENTISSAGE DU VOCABULAIRE

 

 Racines du corpus figurant dans mon

 

Vocabulaire fondamental de l’arabe moderne

 

http://www.lulu.com/shop/jean-claude-rolland/vocabulaire-fondamental-de-larabe-moderne/ebook/product-21873926.html

 

NB : Attention ! N’apparaissent ici que les acceptions et dérivés retenus pour les besoins de l’étude.

 

جسم ǧasuma être gros, corpulent, épais, d’un grand volume

 

رسم rasama tracer, faire des marques – رسم rasm trace, marque, vestige, empreinte, trait

 

سلم salama piquer qqn, faire une morsure (serpent) – سلمان salmān la meilleure partie, le choix

 

سما samā être haut, élevé, devenir grand, s’élever ; s’élever vers un point plus élevé ; élever, hausser, hisser ; monter vers ; s’élever, se dresser au point de paraître visible à qqn ; nommer, appeler qqn d’un nom, donner un nom à – III. surpasser qqn en élévation, en grandeur, en gloire – VIII. concevoir une opinion favorable de qqn d’après sa physionomie – سماء samā’ ciel – إسم ism nom

 

سمع sami‛a écouter, entendre – II. rendre célèbre, répandre la renommée de qqn

 

سمك samaka élever dans les airs ; être très haut, grand – سمك samak poisson

 

شمل √šml شمل šamal, شملة šamla le peu de dattes qui restent sur l’arbre après la récolte – شمال šimāl naturel, caractère, qualité innée

 

شمّ šamma flairer – شمم šamam élévation, hauteur d’une montagne – شميم šamīm bonne odeur (d’une chose qui sent bon) ; haut, élevé

 

قسم qasama séparer, disperser les hommes qui étaient ensemble – قسم qasuma être beau, joli, gracieux – قسم qasm, qism, قسمة qisma faculté innée, disposition naturelle, aptitude pour qqch – قسم qasam, قسمة qisma, qasama, قسام qasām, قسامة qasāma beauté, élégance des formes

 

لمس lamasa toucher

 

مرس marasa sucer (son doigt, en parlant d’un enfant)

 

مسح masaḥa toucher, frotter, palper ; atteindre (d’un coup de sabre) – مسحة  masḥa légère teinture de qqch, ce qui reste à la surface d’un corps touché par un autre qui y a déteint – مسوح masūḥ tout ce qui sert à oindre – المسيح al-masīḥ l’Oint, le Messie

 

مسّ massa toucher, atteindre, porter atteinte à, blesser (en parlant d’un mal, d’une maladie) – أمسّ amass plus considérable, principal

 

مشع maša‛a arracher qqch des mains à qqn

 

نسم nasama faire sortir à sa surface un peu d’eau – نسم nasima se gâter et commencer à sentir mauvais – نسم nasam odeur du lait ou de la graisse – منسم mansim marque, trace, vestige

 

وسم wasama marquer qqch d’une marque imprimée avec un fer chaud ; décrire, dépeindre ; surpasser qqn en beauté – وسم wasuma être beau de visage – II. distinguer, décorer qqn – V. se teindre les mains ou autres parties du corps avec de la poudre ; juger d’une chose à l’aide des signes que l’on aperçoit ; découvrir un indice, surtout favorable, dans qqch – VIII. se distinguer par un signe quelconque (au physique ou au moral) – وسم wasm, سمة sima marque empreinte sur la peau avec un fer chaud – وسام wisām marque (d’une bête), insigne, médaille, décoration – وسامة wasāma trait de beauté, qui distingue ; beauté du visage – موسم mawsim saison de la foire – ميسم mīsam outil en fer à l’aide duquel on imprime une marque sur la peau d’une bête ; cette marque elle-même ; marque d’infamie imprimée aux criminels ; trait de beauté particulier à un beau visage ; visage ; beauté ; race, origine – وسمة wasma, wasima feuilles d’une plante semblable au myrte, dont le suc épaissi sert à se teindre les cheveux et les sourcils en noir ; feuilles de l’indigo